THE LAST SHADOW PUPPETS : Everything you’ve come to expect

the-last-shadow-puppets-everything

Je ne sais pas vraiment pourquoi j’ai mis si longtemps à me lancer à l’assaut de ce nouvel album du supergroupe d’Alex Turner (des Arctic Monkeys) et de Miles Kane (des Rascals), alors que le premier album très inspiré pop sixties m’avait tapé dans l’oeil (ou plutôt dans l’oreille). Je ne peux même pas prendre l’excuse de l’oubli pour le justifier ; j’ai encore en tête la flamboyante chanson-titre. Et pourtant, huit ans plus tard, on peut dire que la suite s’est faite attendre. On découvrira que, curieusement, mais pour notre plus grand plaisir, celle-ci est en droite lignée de « The age of the understatement ». De la pop, du fuzz, de la classe, une patine vintage, tout est là, comme si on ne l’avait pas quitté. Et aussi réussi ; ça c’est encore mieux. On pense parfois à Supergrass, et plus souvent encore à The Last Shadow Puppets. Ce qui est assez logique certes, mais qui vous garantit, fidèle lectorat qui avez partagé mon émoi à l’écoute du premier, le même plaisir. Inutile donc de chercher une once de mauvais goût, un poil de bricolage, un soupçon d’à-peu-près : tout est propre, net, rien ne dépasse, tout est rutilant, et la voix joue sur du velours. Aucune raison donc pour que « Everything you’ve come to expect » ne fasse pas fureur chez les amateurs de pop léchée. Et c’est tout ce qu’on lui souhaite.

Paroles de l’album

Site officiel

The Last Shadow Puppets : Everything you’ve come to expect

Related Posts

  • 10000
    Je ne suis pas trop adepte de la logique « label ». Mais c'est vrai que certains déçoivent moins que d'autres. Et Bella Union en fait incontestablement partie. Aujourd'hui, on découvre donc le troisième album de Billie Lindahl, jeune femme à la voix douce, fragile et envoûtante, qui promène son timbre particulier…
  • 10000
    Miranda Lee Richards n'a jamais fait partie jusqu'à présent de mon spectre musical. Parce que la dame s'est principalement fait connaître par le biais de ses collaborations avec Brian Jonestown Massacre, dont je n'ai jamais vraiment exploré l'univers. Et que si cet album est sa troisième œuvre en solo, les…
  • 10000
    De bonnes têtes à claques, un nom évoquant largement les sixties accolé à la représentation ultime de la pureté et de la lumière (qui techniquement est aussi l'adjonction de toutes les autres couleurs du prisme, ne l'oublions pas), tout ça donne de larges indications sur la teneur de ce premier…
  • 10000
    J'ai toujours considéré Oasis comme un conglomérat d'insupportables trous du cul, ce qui m'a fait fuir leurs productions, mes sens plus titillés par leur égo sur-dimensionné que par leurs qualités de composition. Mais la curiosité, vous savez ce que c'est. Et puis, j'ai su m'enquiller le Beady Eye, il faut…
  • 10000
    Trop vite catalogué comme groupe de pop folk ouvragée pour son premier album, le combo français Revolver a décidé de s'émanciper de cette étiquette restrictive en s'éloignant ostensiblement du son de sa jeunesse. On retrouvera bien sûr ici quelques harmonies vocales et l'ambiance sixties, mais dans une expression beaucoup plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *