THE BROOKS : Any day now

Je reçois un peu de tout pour Adopte Un Disque, par mail ou en physique. Certains envois osés trouvent le chemin de mes oreilles, d’autres échouent lamentablement, et j’ai depuis longtemps abandonné l’idée de comprendre pourquoi. Vivre à autant dans un aussi petit cerveau c’est déjà un exploit, alors arriver à anticiper et expliquer les réactions de tout le monde… Bref. The Brooks serait « le secret funk le mieux gardé du Canada ». Ah ah ! Le frondeur en mois s’excite, prêt à nier avec véhémence cette affirmation. Mais voilà, un titre trouvé sur internet, « Gameplay », lui fait rebrousser chemin, la queue entre les jambes ; mais quelle tuerie ! Me voici donc parti à l’assaut de ce troisième album du collectif. « Nebula », l’intro luxuriante et plutôt très typée jazz funk eighties, me fait un peu reculer : je me situe bien hors de ma zone de confort. « Drinking » ne parvient pas à m’enivrer, mais ne me saoule pas non plus ; son couplet très funk me met mal à l’aise, mais son refrain me caresse dans le sens du poil. « Zender » s’avère beaucoup plus digeste pour moi, mais je ne suis pas encore sous le charme. « Moonbeam », soyeuse et orchestrale, me fait agréablement patienter. « Never thought », plus teintée soul, me rappelle certaines compilations Stax, ce qui n’est pas pour me déplaire. Je passe mon tour pour « Gameplay », qui est tellement bonne que je ne veux pas qu’elle me serve de comparaison pour les suivantes. « Headband » est une interlude, assez classique. « Issues », « So turned on », « The crown » sont deux autres titres où une orchestration enveloppante et une fièvre soul funk nous ramènent 50 ans en arrière. « Turn up the sound » est plus funk pur, et donc j’accroche moins. Enfin, « Etoile polaire » est une outro directement en lien avec « Nebula », façon élégante (mais à mon sens un peu vaine) de conclure un album que les fans du genre aimeront forcément, riche en cuivres rutilants, mélodies caressantes et fièvre contenue. Pas trop de place pour la modernité ici, mais il faut reconnaître que c’est très bien fait !

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Lettuce, nom au multiples significations (je vous laisse fouiller sur le net, d’autres les ont exposées mieux que je ne pourrais le faire), est également un groupe de musiciens. Ah oui, ça sonne con comme ça. Un groupe de Musiciens. C’est plus clair ? Bref, Lettuce est une réunion de mecs…
    Tags: plus, me, funk, ne, soul, l, the
  • 10000
    « Egg tooth » , le précédent album des Ephemerals, marquait leur volonté de s'émanciper de plus en plus de la soul funk des débuts, empruntant des chemins de moins en moins balisés et de plus en plus métissés. Il ne fallait pas être un génie pour se douter de la suite…
    Tags: plus, ne, me, soul
  • 10000
    Le problème quand tu claironnes à tout va que tu n’aimes pas le jazz, c’est que quand tous les 3 mois tu en publies une critique élogieuse sur ton blog, ben tu passes un peu pour un con. Bah, je m’en fous en fait. Mais si je voulais me la…
    Tags: the, plus, me, l, soul, funk, fort
  • 10000
    Ils sont cinq, nous viennent de Seattle et ne jouent pas du tout du grunge. Formé selon une config folk rock, le groupe a évolué vers le garage rock et l’indie rock… Pour s’en détourner ostensiblement ici. Car « Lovejoys » est une déclaration d’amour au groove et au funk. Oh, on…
    Tags: soul, funk, ne, amour, l
  • 10000
    Voilà quelques temps que ce troisième opus du groupe américain est annoncé, et j’avoue que, poussé par un souvenir peut-être surfait de ma précédente rencontre avec les Ephemerals, je l’attendais avec impatience. Et si vous vous demandez pourquoi, écoutez donc « The beggining », premier vrai titre de ce disque  ; on…
    Tags: l, plus, the, me, soul, ne, funk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *