KIMBEROSE : Out

Marrant comme on peut se tromper. J’ai ressenti le premier album de Kimberose chroniqué dans ces pages il y a trois ans comme l’émanation de passions de jeunesse, quelque chose d’un peu brut, trop proche justement des influences de la dame, mais personnel. Oui, mais en fait, ce n’était pas la sienne, de personnalité qui ressortait, puisque sur cet album d’amorce, certes composé en autarcie et sans intervention d’un producteur aux dents longues (on peut pas se planter partout), c’est son compagnon à la scène comme à la ville qui tenait les rennes. Kimberly y insufflait certes une âme et un savoir-faire évidents, mais n’avait pas su à l’époque pousser les murs et les portes afin de s’exprimer librement. Sur ce deuxième album au nom assez clair (« free » aurait peut-être été exagéré), ressortent l’ensemble des influences de la jeune chanteuse, qui désire à présent s’exprimer hors du carcan d’une soul jazzy qui certes lui colle encore aux basques, mais s’avère trop limitée. « Back on my feet », titre introductif et premier single, sonne effectivement plus groovy et pop, sans pour autant verser dans la variété. « Warning signs » et « Escape » s’orientent plus vers une pop soul « jamesbondiennes », un peu comme la pratique une Adèle. « Sober » manie une soul-pop très groovy qui me rappelle plus une Duffy. « Thin air » est une ballade assez sympathique, à part un break que je trouve malvenu. « The secret » est une pop soul à grand spectacle, et pourrait bien évoquer un Timberlake. « By the sun », l’un des deux titres avec Sofiane Pamart, est forcément plus intimiste et dans l’émotion. L’aveu « Weak and ok » semble suivre le même chemin, mais s’émancipe peu à peu. « Fire » s’avère moins explosive que prévu, mais très réussie. On ralentit bien le tempo sur une « Pull me down » aux teintes reggae. La tragique et cordée « We never said goodbye » lui fait suite, avant qu’une plus solaire et sautillante « Only lessons » lui emboîte le pas. « Keep on loving » se rapproche du R&B, et enfin « L’envie de valser » (deuxième titre avec Sofiane Pamart) donne carrément dans la chanson française. Au final, « Out » est un album très varié, qui fait montre de la versatilité de la jeune femme, désormais libre d’explorer chaque style à sa guise. Vous dire que je suis conquis serait exagéré ; même si je respecte cette liberté d’expression, et si je ne peux pas affirmer que ce disque est « moins bon » que le précédent (juste différent), je ne me retrouve que dans une partie des titres.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Ah ben merde. Quand « Needed you » débarque dans mon casque, deux noms se tirent la bourre : Duffy et… Amy Winehouse. Le titre empreinte son rythme vénéneux à Screaming Jay Hawkins, sa mélancolie à Lee Fields, et pas mal à Etta James, modèle revendiqué. Mais pour la voix, c’est bien ça.…
    Tags: kimberose, album, d, bien, l, groove, titres, ne, y, on
  • 10000
    La pop grand public, c'est pas trop mon truc. Pourtant, le premier album de Birdy, jeune britannique issue d'un télé-crochet, m'avait assez convaincu. Un amour sincère du piano, une personnalité affirmée, une voix soul-pop attachante, une volonté de ne pas en faire des tonnes comme les voisines Lana Del Rey…
    Tags: album, plus, premier, ne, jeune, rock, pop
  • 10000
    La biographie de Caiti Baker nous apprend que la jeune femme a développé dans sa jeunesse une passion pour la musique, née de ses racines blues et soul pour aller vers le hip-hop et le R&B, et qu’elle est aujourd’hui capable de jongler avec tous ces genres, les mariant également…
    Tags: ne, soul, album, on, d, pop, bien, plus, se, titres
  • 10000
    « Egg tooth » , le précédent album des Ephemerals, marquait leur volonté de s'émanciper de plus en plus de la soul funk des débuts, empruntant des chemins de moins en moins balisés et de plus en plus métissés. Il ne fallait pas être un génie pour se douter de la suite…
    Tags: plus, album, ne, me, bien, assez, se, soul
  • 10000
    Allez, aujourd’hui pas envie de travailler. Je laisse ma fille faire la chronique du cinquième album de Kicca, chanteuse italo-française dont les origines jazz se sont peu à peu teintées de soul, de funk, de pop. Apparemment, cette jeune femme vit dans la jungle, elle parle aux perroquets et elle…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.