SHE SPREAD SORROW : Huntress

Attention malaise à venir. She Spread Sorrow est le nom du projet dark ambiant industriel d’Alice Kundalini, une italienne dont le talent pour développer des paysages sonores cauchemardesques n’est plus à démontrer. C’est du moins ce que semblent penser ses fans et son entourage, puisque la dame en est à son quatrième album. « Huntress », c’est l’histoire de Blue, un protagoniste féminin obsédé par une femme du même âge, et assaillie de cauchemars qui ne la laissent jamais en paix. Blue va donc « chasser sa proie », mais comme bien souvent dans ce cas, la relation entre les deux personnes est plus ambiguë qu’elle n’y paraît, avec toute la dépendance affective et les tourments psychologiques que ça implique. Les pistes de l’album voient une bonne dose de démence et de violence se confronter, non sans que quelques sentiments amoureux ne viennent interférer avec cette entreprise de destruction mentale. Un tout difficile à décrire, que les amateurs de « death industriel » (entre guillemets car le death est bien sûr absent ici) savoureront du début à la fin. Pour ceux qui découvrent le genre… qu’ils se préparent. La souffrance est ici une loi, et tout, du thème aux paroles et surtout à la musique, concourt à en abreuver l’auditeur. La noirceur est de mise et on ne saurait que conseiller aux simples curieux de passer leur chemin, sous peine de se voir ensevelis sous les décibels et les années de thérapie. Mais si vous appréciez le concept, il en sera de même pour le résultat. Alors n’ayez pas peur de tutoyer la folie. Que vous soyez proie ou chasseur, le frisson reste le même ici ; celui de la transgression, de l’amour interdit, et l’adrénaline qui en découle reste aussi palpable et enivrante quel que soit votre position !

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Ah, ça faisait bien longtemps que je ne vous avait amené un disque de dark ambiant bien flippant. Je ne sais pas vous mais moi ça me manquait. Le frisson de la nouveauté se mêlant au frisson tout court, l’horreur froide, ni rampante ni tapie dans l’ombre, mais bien en…
    Tags: l, n, aux, ne, on, bien, plus, frisson, dark, qu
  • 10000
    Enième projet solo d'un zigue dont, apparemment, le cerveau fourmille d'idées étant donné sa productivité, Painted Caves fait dans le dark ambiant industriel, et semble ne pas vouloir suivre les habitudes du genre, ou alors manquer d'inspiration pour le faire ; 7 titres en 32 minutes, c'est finalement assez court.…
    Tags: ne, industriel, dark, dont, projet, genre, ambiant
  • 10000
    Toulouse, c'est pas vraiment la ville ou on penserait croiser la crème du dark industriel. Pourtant, depuis quelques années et après un début de carrière beaucoup plus lumineux, Mondkopf se tourne délibérément vers le côté obscur, donnant à sa techno des couleurs dark ambiant et aggrotech du plus bel effet.…
    Tags: plus, dark, on, ambiant
  • 10000
    Récemment accueilli par Mute, le duo formé par Alexander Hacke (Einstürzende Neubauten / Crime & the City Solution) et Danielle de Picciotto (Love Parade / Crime & the City Solution) signe ici un quatrième album « plus symphonique » aux dire des intéressés. Au programme, un style à cheval entre rock industriel…
    Tags: plus, bien, on, musique, rock, entre, dark, aux, c, ambiant
  • 10000
    C'est le moment d'éloigner les personnes sensibles des enceintes, mesdames et messieurs. Car Pleiadees est un projet parallèle de Massimo Pupillo de Zu (dont vous avez peut-être raté la chronique de « Jhator » dans les pages d'AUD?). Et s'il est décrit comme du dark jazz, ceux qui se sont déjà confronté…
    Tags: musique, ne, se, plus, rock, sera, on, décrire, voir, cas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.