SANGHAM : Intangible

Le jeune groupe marseillais Sangham s’est donné pour mission de parler au corps aussi bien qu’à l’âme. En tout cas, c’est ce que j’imagine au travers de l’interprétation de son patronyme, inspiré du sanskrit et représentant la convergence d’effluves matérielles et immatérielles. Ce qui colle assez bien avec le mélange qu’il propose entre death mélodique et metal progressif au sein de ce premier album équilibré. Équilibré oui, le mot est lâché, et ce n’est pas un vain mot, tant il est complexe d’ajuster la balance entre violence et mélodie, entre riffs qui parlent au système nerveux et structures plus savantes qui activent les synapses. Les voix des deux vocalistes se complètent et se répondent parfaitement, mais ce type de dualité entre chant féminin lyrique et growl masculin est éprouvée depuis longtemps. Plus loin dans le disque, on trouvera une autre forme de dualité ; celle des langues (française / anglaise), aussi bien gérée et digeste d’ailleurs. Alors oui, « Intangible » est un premier album et plusieurs des éléments qu’on y trouvera ne sont pas si originaux que ça, puisque le groupe se repose sur l’expérience de ses aînés. Mais le résultat est à la hauteur des espérances du combo, et probablement de celles des auditeurs à venir. Je déplore souvent, au sein des productions estampillées « prog » françaises, une certaine maladresse dans le son, un côté un peu suranné, voulu certes, mais qui relègue les œuvres bien en-deça de leurs homologues étrangers. Mais pas de ça ici, ça respire, c’est calibré, propre et joliment troussé. Même la (assez osée) forme acoustique de « Macrocosme » passe bien en fin de parcours. Bref, une jolie sortie pour le groupe et pour Klonosphère, défricheur de curiosités françaises.

https://open.spotify.com/album/7oGIOunjQjGcqv68XOkiyO?si=sK3ywjbvS8q6Cbz1a3Csaw

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Oceans Of Slumber est une formation texane qui officie dans un style à cheval entre le doom death, le metal gothique et le metal progressif. Et qui possède un bel atout en la personne de sa vocaliste Cammie Gilbert, dont l’organe est à la fois capable de puissance, de douceur…
    Tags: a, assez, death, d'ailleurs, disque, metal, se, femme, jeune, ne
  • 10000
    La longue pause de quasiment dix ans pour cet ex duo de metal progressif a vu le groupe opérer un changement assez profond de leur musique. Plus apaisé, plus rock prog que metal, « Eupnea » marque une renaissance artistique pour le groupe, centrée autour de six titres qui, certes, n'oublient pas…
    Tags: plus, metal, groupe, assez, progressif, entre, c'est, côté, loin, voix
  • 10000
    S'il y a bien un retour que je n'attendais pas, c'est celui-ci. Quelque part, heureusement. Car si ça avait été le cas, j'aurais eu le temps de me faire des cheveux blancs. Pourquoi ? Parce que, pour moi, Psychotic Waltz est un trésor caché, l'une des formations de metal progressif les…
    Tags: ne, on, groupe, plus, metal, progressif, se, bien, disque, oui
  • 10000
    Le nom de Disillusion ne vous dit rien ? Peut-être parce que, il y a dix ans, vous n'aviez pas d'attrait pour le metal progressif protéiforme ? Ah ben oui, parce que c'est le temps qu'il a fallu à la formation allemande pour sortir d'un mutisme qui commençait à devenir pesant. Mais…
    Tags: se, metal, a, c'est, progressif, longtemps, ne, entre, bref, assez
  • 10000
    Deuxième album pour ces britanniques adeptes d’un metal progressif moderne et ouvert. N’ayant pas pris le temps de faire connaissance avec le groupe avant, je jugerais celui-ci sur pièces avec cet opus. « Afterlight » nous introduit auprès d’une musique à la fois aérienne, mélancolique et pleine de feeling. Ce que semble…
    Tags: a, plus, y, groupe, bien, ne, album, assez, disque, cas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.