MAYBESHEWILL : No feeling is final

Quatrième album pour Maybeshewill, et premier à passer les portes du site. Mais pourquoi donc ? Certainement pas faute de qualité à l’écoute de ce nouvel album. Le groupe s’évertue en effet à marier post rock, electro et musique cinématographique / symphonique. Et ça sonne vachement bien. Comme beaucoup de ses collègues, Maybeshewill privilégie le tout instrumental. Seule « Zarah » voit une voix féminine, celle de Zarah Sultana du parti travailliste britannique, s’exprimer en faveur de notre planète. Bien sûr, les éléments habituels du post rock sont là ; riffs costauds ricochant sur des ambiances mélancoliques, développement dramatiques et montées en puissance inarrêtables, présence de cordes et piano. Ce qui change un peu, c’est cette valeur ajoutée de thèmes mélodiques électroniques qui rythment les titres, et la durée assez courte de chaque titre qui étonne dans un premier temps, mais n’empêche pas le groupe de fractionner ceux-ci de façon à installer une dynamique progressive et les mêmes éléments et émotions qu’ailleurs sur des titres bien plus étirés. Belle performance à dire vrai. Il semblerait que le break annoncé en 2015 ait fait du bien à la formation. Je ne saurais dire si, selon la formule consacrée, elle revient « plus forte que jamais », mais en tout cas elle revient très en forme ; chaque titre de ce nouvel opus tutoie les cimes, tout simplement. Et pour une fois, ce n’est pas la noirceur qui domine l’ensemble. De plusieurs titres émane un espoir fou, celui que l’humanité peu encore changer et faire basculer son avenir. Je ne sais vraiment si j’adhère à cette vision, mais en tout cas je ressens cette énergie positive, et c’est bénéfique à l’ensemble. « No feeling is final » est un excellent album, l’un des meilleurs du genre cette année, rien de moins !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Ah, quel bonheur que de revenir tutoyer les reliefs escarpés d’un disque des irlandais de God Is An Astronaut. Toujours changeant, mais assez fidèle à lui-même en terme d’ambiances et d’orchestration, le groupe développe depuis des années un post rock à la limite du metal, instrumental, subtil, épique et évocateur.…
    Tags: plus, l, post, rock, groupe, c, qu, se, n, ne
  • 10000
    Huitième album pour Collapse Under The Empire, qui nous dépeint ici notre monde tel qu'il le voit ; un univers qui s'effondre sur lui-même, en grande partie à cause de la cupidité et le manque de considération des hommes. Envers leur prochain, leur écosystème, leur lieu de vie. Nous en sommes…
    Tags: se, rock, bien, post, electro, ne, assez, riffs, groupe, instagram
  • 10000
    Sunken donne dans le black metal atmosphérique et nous vient du Danemark. Ce n'est pas forcément le pays le plus en vue pour ce genre musical, alors on peut déjà le féliciter pour sa persévérance. En plus, il le fait d'une façon moins conventionnelle que ses camarades. Entendons-nous bien ; beaucoup…
    Tags: bien, plus, se, assez, genre, rock, beaucoup, titres, final, temps
  • 10000
    Les anglais de 65DAYSOFSTATIC n’ont jamais été adeptes de la facilité. Leur genre, très ancré dans le post rock, évolue également à l’envi vers l’expérimentation, les structures plus progressives ou la musique électronique. Ce nouvel et huitième album continue sur la même lancée, se faisant même un peu plus complexe…
    Tags: plus, se, rock, s, musique, l, bien, post, genre, certainement
  • 10000
    Troisième album pour les suédois de Oh Hiroshima, après quatre ans d’absence. C’est bizarre, ça, parce qu’autant pour un groupe de rock ou pop lambda ça me paraît beaucoup, ça n’est que très rarement le cas pour une formation plus expérimentale comme celle-ci. Pourquoi ? Parce que je pense que quelque…
    Tags: rock, post, plus, formation, album, noirceur, genre, vraiment, riffs, facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.