QUEENSRYCHE : Condition human

queensryche_ConditionHüman

Quand on a aimé passionnément un groupe, qu’on en a suivi les différentes étapes de l’évolution, qu’on s’est attaché à ses membres, il est difficile de passer à autre chose. En 2012, lorsque le vaisseau Queensryche explose en plein vol, se scindant en deux entités, les fans s’interrogent. Pourtant, ceux-ci accueillent avec bienveillance le nouveau venu au chant, Todd la Torre, et le nouvel album du combo. J’avoue que j’ai de mon côté fait un pas de côté pour éviter la déception. Mais aujourd’hui, la sauce ayant à priori pris, puisque la formation persiste, je tente le coup, et me lance dans l’écoute de ce « Condition hüman » avec tout de même autant de craintes. Queensrÿche a beaucoup communiqué sur le côté « retour aux sources », et je ne sais pas si je suis prêt à réécouter du heavy metal lyrique et classique en 2015, fusse-t-il teinté de prog. Premier point, la voix, bluffante de ressemblance avec « l’original », bien qu’un poil moins fine et nuancée. Oui, on s’y croirait. Si c’est ce que vous cherchez, c’est réussi. Deuxième point, le style. Oui, ça ressemble beaucoup à celui développé avant 1990. Mais ça n’est pas pour moi. Justement parce que, même si quelques titres sortent du lot à partir de « Toxic remedy » (avant, je ne comprends pas), l’ensemble reste très très passéiste. Oui, je sais, on dit « nostalgique » normalement. Mais là, non : il n’y a pas grand-chose d’actuel ici, ni dans la composition ni dans l’interprétation. Et c’est effectivement l’image que j’avais déjà de Crimson Glory, l’ancien groupe de Todd La Torre. Alors oui, « Eye9 » par exemple est assez réussi, mais je ne vois pas vraiment ce qu’apporte ce disque au genre et surtout au groupe. Je ne peux pas lui donner une mauvaise note, car mauvais, il ne l’est pas. Mais de là à vous faire oublier « Operation : mindcrime » ou « Rage for order »…

Paroles de l’album

Site officiel

Queensrÿche : Guardian

Related Posts

  • 10000
    Deuxième album des rois du hard progressif, et premier avec le chanteur James LaBrie, « Images And Words » poursuit dans la même veine que son prédécesseur, en enchaînant les titres à la fois techniques et chargé de mélodies magiques, comme sur le titre « Pull me under » qui fait un carton sur…
  • 10000
    Le premier album solo d'un des plus grands chanteurs de metal vient de tourner pendant près de cinquante minutes sur ma platine, et je suis mitigé. J'ai écouté le disque d'un quadragénaire doté d'une voix extraordinaire mais qui a décidé de ne plus s'exhiber comme une bête de foire. Alors…
  • 10000
    Ceux qui me pratiquent depuis un moment savent mon goût mon le bizarre et le hors-norme. Alors quand j'ai entendu parler de Leprous, groupe de rock / metal progressif avant-gardiste, que Ihsahn a pris sous son aile sombre, et dont, d'ailleurs, certains membres font partie du backing band, il a…
  • 10000
    Voilà un groupe dont on entend pas parler ou presque dans nos terres, et pourtant géniteur d'une discographie fort intéressante et d'un genre à mi-chemin entre rock indépendant et rock progressif, foisonnant d'idées et ayant développé un univers bien à lui depuis sa création en 2005. Car ce « Act IV »,…
  • 10000
    Diptic, c'est l'aventure de deux hommes, l'un auteur et l'autre compositeur, qui se rencontrent sur Lille en 2004 et ambitionnent de faire une musique où profondeur et virtuosité iraient de pair. Très vite, le groupe intègre une chanteuse et oriente sa musique vers un compromis entre metal et rock, avec…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *