PROF : Powderhorn suites

Tombé par hasard sur Pookie Baby en 2018, j’en suis rapidement tombé amoureux. Il faut dire que ce disque était une pure leçon de hip-hop métissé et moderne. Prof s’y imposait comme rappeur, chanteur, amuseur public, comédien, interprète… Et il y alignait les titres forts, tantôt fun, tantôt graves. Alors forcément, ça fait quelques mois que je suis sur les dents, attendant ce « Powderhorn suites » annoncé il y a longtemps et retardé par ce qu’on sait. Je me suis même fendu d’un petit mail pour avoir des news de sa sortie auprès du label… qui ne m’a pas répondu (pas cool, les gens). Enfin, bref, l’album est arrivé aujourd’hui, et j’en suis heureux. Entre-temps, on a pu découvrir en musique et en images deux titres, « Squad goals » et « Animal patrol », qui ouvrent d’ailleurs la marche ici. J’étais donc assez rassuré ; pas de changement global, ce, quoi, cinquième album est du même tonneau et chargé de la même dynamique. Et on ne va pas s’en plaindre : ce type est fou, mais sa folie est une garantie que l’ennui se tiendra au loin une heure (ou presque) durant. Alors oui, ce melting-pot musicale est vocal assez typique du natif du Minnesota est reconnaissable à la première écoute, et ça a tendance à se transformer en « recette » d’album en album. On peut donc vraiment comparer les titres de « Powderhorn suites » à ceux de « Pookie baby » ; ils auraient pu être issus de la même session de compo et enregistrement tellement ils sont proches. Mais leurs gimmicks et leurs rimes sont différents, la ressemblance vient surtout de la mécanique et l’énergie. On retrouve donc des titres hip hop fusion en masse, quelques titres plus orientés R&B / soul intimistes, et deux ou trois entre les deux. Et une grosse propension d’entre-eux sont de la graine à single, comme à l’habitude de Prof. On ira pas forcément se pencher sur les textes en classe de philo, mais l’humour et le second degré y sont tout de même de mise, ce qui n’est pas forcément le cas ailleurs. Approuvé, une fois de plus !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Du côté de Minneapolis aussi, on aime bien le hip-hop. Jacob Anderson alias Prof développe depuis 2007 son personnage de bad boy yoyotant pas mal de la touffe. L’influence de son père, violent et atteint de troubles bipolaires ? Celle des modèles blancs du rap game, le early Eminem en tête ?…
    Tags: prof, baby, pookie, se, rap, ne, album, l, hip-hop, on
  • 10000
    Pas eu vent du tout de ce projet avant ce soir. J'ai juste croisé, au hasard d'une publication facebook, un avis de sortie. Et pourtant, quand B-real annonce une nouvelle collaboration façon « all star band », je suis attentif. D'autant plus quand il s'agit d'un projet sur un thème bien sombre.…
    Tags: on, facebook, assez, disque, suis, vraiment, hip-hop, r&b, cas, forts
  • 10000
    Février 2020. Pour moi, Afu-Ra est un membre honorable du rap game ricain. Je n’en connais pas grand-chose, hormis son album « Body of the life force », sorti en 2000 et présentant une affiliation avec Dj Muggs qui avait alors attiré mon attention. C’est maigre. Depuis, croisé de loin en loin,…
    Tags: on, plus, l, d, me, loin, album, assez, suis, titres
  • 10000
    Mr Lif n'est pas ce qu'on peut appeler un « gros client » du rap game us, mais il a tout de même acquis ses lettres de noblesse à travers l'écurie Def Jux avant, comme beaucoup, de se montrer beaucoup moins présent, jusqu'à ce qu'on le croie perdu pour la cause. Et…
    Tags: qu'on, assez, a, me, album, plus, rap, hop, jeune, cas
  • 10000
    Yelawolf est un mc made in Alabama, influencé à la fois par le rap ricain et par ses racines country / folk / rock, dont il n'hésite pas à jouer. Un peu comme Buck 65, oui, mais avec un profil sensiblement moins indé. Autre info importante, le tatoué est soutenu…
    Tags: plus, me, rap

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *