PORTICO QUARTET : Art in the age of automation

Exit Portico tout court, rebonjour Portico Quartet ; chouette ! Le groupe renoue donc avec le trip hop jazzy d’antan pour mon plus grand plaisir, moi qui n’avais pas été très convaincu par sa métamorphose récente. Encore plus aventureux et moderne, le groupe rappelle ici largement un Hidden Orchestra, pourquoi pas un Tor ou un Bonobo. Bref, on est en présence d’une tripotée de morceaux magnifiques où le rythme et les ambiances jazzy et mélancoliques se conjuguent. Les éléments électroniques se taillent une part plus importante que par le passé, et on ne s’en plaindra pas au vu de la teneur de ce cinquième album, voyage sur un tapis volant au-dessus d’un paysage automnal aux couleurs chaudes et au vent frais. On retrouve ces couleurs et cette lumière descendante sur la pochette étrange de « Art in the age of automation », mais on a du mal à déceler ce qui, musicalement, pourrait évoquer un tel collage hétéroclite ; bien au contraire, on y ressent une fluidité certaine, comme si chaque titre n’était que le prolongement soyeux du précédent. Diantre que c’est beau ! Et petit à petit, à force de s’en imprégner, on trouvera ici une atmosphère plus urbaine, là une phrase mélodique plus exotique, là encore un pas de plus vers le trip hop / downtempo (« Lines grow »). Le hang est de retour, parfois maquillé, parfois plus franc (« Beyond dialogue »). Bref, tout est réuni pour qu’on passe avec ce retour du quartette un moment d’exception. Assez pour qu’on gomme de notre esprit les quelques étirements un peu factice et les éternuements jazz dont les titres auraient pu se passer. Un volte face magnifique !

Site officiel

Portico Quartet : A luminous beam

Related Posts

  • 10000
    Cette chronique est issue d'une histoire compliquée ; je crois d'abord voir en « Living fields » le nouvel album de Portico Quartet. Et puis, je me souviens que, justement, le groupe londonien avait un nom composé. Et, détail qui a son importance, dans mon souvenir pas très lointain, le groupe pratiquait un…
  • 10000
    Ex-joueur de hang des anglais de Portico Quartet, dont j'avais particulièrement apprécié les deux derniers albums, Nick Mulvey a décidé de quitter le groupe en 2011. Il nous livre ici son premier album, souvent à des lieues de ce que pouvait proposer sa formation d'origine, même si certaines influences jazzy…
  • 10000
    J'avais déjà croisé le bonhomme derrière le micro de Portico Quartet, mais jamais je ne m'étais penché sur la discographie de ce jeune homme à la voix d'or entre soul, jazz et pop. Et pourtant, ce « Pagodes » n'est autre que son troisième album. L'anglais pratique, comme on pouvait s'en douter…
  • 10000
    Je ne sais pas vous, mais moi, un groupe qui propose un mix entre trip-hop et jazz atmosphérique avec en son sein deux batteurs (et donc deux batteries), ça me donne des chaleurs. Et une furieuse envie d'essayer la chose. Je lance donc la lecture, et là... Wow. Mais wow…
  • 10000
    Simon Greene navigue depuis des années sur la mer calme du trip hop / electro. Sauf que le britannique n'aime pas faire du sur place. Il a donc, au cours de ses 16 années d'expérience et cinq albums précédents, intégré de nombreux autres éléments à sa musique. Certes, ceux-ci étaient…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *