PORTICO QUARTET : Monument

J’avais, à tort car il était très bien aussi, même si un peu moins luxuriant (je l’ai découvert après), fait l’impasse sur « Terrain », l’album précédent des anglais de Portico Quartet. Me revoici prêt à en découdre avec ce « Monument » autoproclamé. Enfin, en découdre, c’est une expression, parce que je ne m’attends pas vraiment à devoir sortir les crocs ou les griffes ici. De fait, sous cette appellation, je ne me souviens pas avoir été déçu par Portico Quartet. La formation distille toujours son electronica / ambiant / trip hop jazzy, délicate, mélancolique et gorgée d’orchestrations feutrées mais amenant de la profondeur à l’ensemble. Le groupe considère « Monument » comme son travail le plus direct et efficace, et on serait tenté de lui donner raison. Effectivement, ici chaque titre met en avant de façon évidente une mélodie à laquelle on a aucun mal à se raccrocher, un fil rouge jamais noyé sous les effets ou les digressions dont les anglais usent parfois. Est-ce que cette forme est prémonitoire de celles à venir ? N’y comptez pas. Les gars ont toujours eu horreur du sur-place. Et d’ailleurs ce disque a été composé et enregistré à peu près en même temps que « Terrain » pour des rendus sensiblement différents (complémentaires ?), donc impossible de savoir quel élément prendra le dessus par la suite. Ce qu’on peut affirmer en revanche, c’est qu’une fois de plus, leur art est stratosphérique et essentiel à qui aime rêver en musique. Même si, pour moi, un « A.O.E. » ou un « Warm data » sont un peu trop répétitifs pour qu’on s’y laisse prendre à plusieurs reprises. Mais le reste est magnifique, comme d’habitude ; les motifs électroniques se marient à la perfection avec le saxophone, le piano, les nappes installant l’ambiance « widescreen », descriptif émanant du groupe lui-même pour sa musique et pas galvaudé du tout. Beau.

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 81
    Nous avons là le premier ep d’un duo français naviguant entre trip hop et electro. « To the beat », premier single joliment clippé et très bien senti, nous plonge dans une ambiance légèrement rétro et relaxante. « My empire » accueille la voix plus pop de Roxane Terramorsi, qui œuvre d’habitude dans Archibald…
    Tags: plus, titre, a, se, musique, electro, ambiance, d, bien, trip
  • 77
    Jérôme Kein est un pianiste luxembourgeois diplômé en musique classique mais plus intéressé par le jazz et les musiques nouvelles. Assez classique, comme parcours. Cependant, il s’est ensuite formé au vibraphone et à la batterie, et il s’efforce aujourd’hui d’allier tout ça dans sa musique. Là, ça devient plus intéressant…
    Tags: l, d, on, plus, se, jazz, c, qu, s, ne
  • 77
    Oh, comme c’est original ! Un mélange entre electro et ambiances jazz ou neo classiques ! Bon, ok, ça c’est dit, si Kupla vous fait voyager, ce ne sera pas par son audace. Lauri Achté, jeune compositeur qui vient de terminer ses études sur Londres, est revenu vivre dans sa Finlande natale…
    Tags: l, c, jazz, jeune, a, piano, electro, plus, ensemble, vraiment
  • 76
    Trente ans que le duo Rob Brown et Sean Booth nous vrille les oreilles avec son electronica de plus en plus raide et calculatoire. C’est l’une des amitiés les plus indéfectibles (d’autant plus en territoire electro), et si on croise ça avec la fidélité sans faille de leur label fétiche…
    Tags: plus, a, c, mélodie, electro, electronica, ambiant, amour, fort, durable
  • 76
    Ça fait maintenant quelques années que je vous bassine avec la musique de William Rezé alias Thylacine. Il faut dire que depuis 2015, le monsieur ne m'a pas déçu, parvenant toujours à produire quelque chose de nouveau et intéressant tout en conservant sa patte : une electronica tournée vers le voyage,…
    Tags: toujours, album, ne, titre, précédent, a, on, jazz, trip, hop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *