POLYMOON : Caterpillars of creation

Les finlandais ont toujours le chic pour nous catapulter des groupes psyché / folk / prog bien perchés. C’est, nous annonce-t-on, encore une fois le cas avec Polymoon, formation de Tampere qui flirte ouvertement avec le metal tout en rappelant en permanence les origines seventies de ses influences. D’ailleurs, ce premier album est produit par un Oranssi Pazuzu, et ça peut être un indicateur fiable de ce qu’on va y trouver ; un beau mélange d’ambiances et d’influences, sans vraiment de place pour des émotions et plans simples. Qu’en est-il vraiment ? Acide, spatial, planant, tel est le rock du quintet. Les guitares se rapprochent parfois franchement du metal extrême, la mélancolie hante en permanence la musique du groupe, mais les motifs obsédants de guitare nous ramènent toujours au bercail du psyché. « Caterpillars of creation » est composé de six titres plutôt longs (le plus court dure entre 5 et 6 minutes), qui présentent des profils assez différents. On s’interrogera juste sur le positionnement du chant, mixé en retrait, couvert par la plupart des instruments, ce qui lui confère un aspect assez fantomatique et pâle. Pourtant, verser dans le tout instrumental ne serait pas, je pense, bénéfique pour le groupe, lui aliénant une partie du public attaché à la présence de chant (dont bibi), ne serait-ce que sous forme « d’accompagnement » comme c’est le cas ici. Le travail sur les claviers est assez remarquable et contraste avec l’omniprésence de riffs entêtants. Les plans de batterie sont également intéressants, et il est dommage qu’on entende pas un peu mieux l’instrument. C’est souvent le souci avec ce type d’albums ; un trop plein d’information, une impression de masse qui cache le travail individuel. Quoi qu’il en soit, l’ensemble reste harmonieux et, bien que moins aventureux que ce que je m’attendais à trouver, c’est un bon album. Mais on aura quand même à coeur de voir Polymoon évoluer vers plus de folie à l’avenir.

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Arabs In Aspic est une formation norvégienne qui nous sert avec « Madness and magic » son septième album. A en croire l'artwork, et à vrai dire la musique également, vous pourriez penser que je vous sers une fois de plus un « oldie but goodie » dont j'ai le secret. Il faut dire…
    Tags: rock, groupe, a, plus, progressif, bien, formation, musique, titres, ambiances
  • 10000
    Découverts en 2016 sur « When we are death », les finlandais de Hexvessel sont parvenus, sans toutefois me satisfaire pleinement, à attiser ma curiosité. Ce qui fait que, à chaque nouvelle sortie, je pointe mon nez fureteur dans leurs affaires, comme le scooby gang à la recherche de la clé du…
    Tags: plus, groupe, rock, influences, on, folk, entre, y, ne, souvent
  • 10000
    Jarrod Gosling (rien à voir avec Ryan) est un touche-à-tout. Pour ma part, et concernant Adopte Un Disque, vous pouvez en trouver la trace sur I Monster, projet electro fourre-tout assez génial auteur de quelques hits (je vous laisse la surprise, mais vous en connaissez forcément un). Avec Regal Worm,…
    Tags: d, rock, l, qu, mélange, bien, assez, on, ne, m
  • 10000
    Tusmorke est l’un de ces groupes norvégiens bien barrés qui ont décidé de faire une croix sur l’évolution de la musique après les années 70. Déjà auteur de six albums bien perchés à la lisière du rock progressif et du neo folk, il continue ici sur sa lancée, bien décidé…
    Tags: l, se, bien, rock, musique, y, ne, c, on, a
  • 10000
    L'americana semble avoir le vent en poupe, et je ne vais pas m'en plaindre. Plus ou moins folk, plus ou moins graisseux, il ne cesse de renaître sous des formes diverses. Telegraph Canyon, lui, y adjoint des ambiances psychédéliques, du rock, une certaine idée du folk progressif, mais aussi du…
    Tags: ne, folk, a, album, rock, plus, reste, beau, psyché, https://open.spotify.com/album

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *