ORELSAN : Le chant des sirènes

orelsan le chant

Orelsan, vous vous souvenez ? Oui, c’est celui qui avait fait le contre-buzz avec le titre « Sale pute », et a déclenché une campagne de boycott nationale. Pas forcément méritée d’ailleurs, puisqu’il ne s’agissait que d’un exercice de style, même s’il y avait bien un gros fond de misogynie, ce qui se vérifie ici. M’enfin, si on devait s’arrêter d’écouter tous les misogynes, machos et autres intolérants à ceci ou cela, si on faisait une enquête de moralité sur tous les auteurs de bonnes rimes ou de morceaux accrocheurs, le marché du disque s’effondrerait encore bien plus vite qu’il ne le fait… Bref, Orelsan est de retour après quelques mois, et semble avoir mis du plomb fondu dans sa cartouche et son cerveau avant d’écrire les textes de ce « Chant des sirènes » encore plus désabusé. Ni conscient ni hardcore, le rap d’Orelsan a trouvé sa voie, une sorte de nihilisme pessimiste, un refus profond de la société et de ses règles doublé d’une insouciance auto-destructrice. Voilà, c’était la minute psychologie de comptoir. Sinon, très concrètement, ce nouvel album marche dans les traces du premier, et reste hautement recommandable pour qui ne cherche pas dans le rap autre chose que ce pour quoi il a été créé : un genre porteur de constat social acerbe.

Paroles de l’album

Site officiel

Orelsan : Raelsan

Orelsan : Plus rien ne m’étonne

Orelsan : Suicide social

Related Posts

  • 10000
    Avec Beat de Boul, les Sages Poètes de la Rue, en featuring ou en solo, Zoxea a toujours été respecté et écouté dans le milieu du rap français. Et pourtant, le bonhomme est plutôt du genre discret côté production discographique. C'est un animal à sang froid, prenant son temps pour…
  • 10000
    Cinq ans après « Bons pour l'asile », les Svinkels, ayant depuis vu leurs effectifs chuter, reviennent avec un nouveau compère et un nouveau son pour ce troisième album. A mi-chemin entre rap français et son crunk à l'américaine, les affreux punks jouent la carte de la provoc' et de l'humour douteux,…
  • 10000
    Le voilà revenu, l'enfant terrible du rap Français... Depuis le temps qu'il traîne ses savates dans le milieu, Rhoff en a vu des choses et connu des gens... Et il en est peut-être un trop conscient ! Même si le niveau des paroles est bien plus élevé ici que chez…
  • 10000
    Plus jeune, je partageais mon temps entre discographie "quartier sensible" et "white trash". Assassin est certainement le groupe qui me touchait le plus alors, puisque c'était l'un des rares à respecter l'esprit originel, à ne pas laisser la rage occulter le message social et la défense du libre arbitre. Alors…
  • 10000
    La Canaille, c'est un peu un Zone Libre avec une voix masculine mais paradoxalement moins de testostérone que le collectif de Serge Teyssot-Gay et Casey ; moins rock, plus posé, plus métissé musicalement, plus sombre aussi. Mais pourtant proche. Du flow froid et rampant de Marc Nammour, de ses textes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *