COFFEES AND CIGARETTES : Roller coaster

Troisième album pour Renaud Druel alias Coffees And Cigarettes. Je n’ai pas vraiment eu l’occasion de découvrir la musique du projet auparavant, mais ce que j’en ai lu me laisse à penser que le monsieur n’aime pas rester au même endroit bien longtemps. En effet, j’ai lu que son premier album était marqué par des ambiances neo victoriennes, et le second franchement plus rock. Celui-ci est un compromis entre hip-hop et chanson. Mais avec un nom comme celui-ci, on se doute qu’on va passer par différents stades et atmosphères. çA commence très bien même si de façon assez classique avec « Intropode », intro neo classique electro plongée dans un bain SF cinématographique du meilleur effet. « Coffees alchimie » est un egotrip cool et efficace. Un bon titre, toutefois moins bon que « J’flippe » avec sa petite référence à Orelsan. C’est l’intermède « Colline de jeux » qui nous amène à la suite. « Le syndrôme de Peter Pan » est le single choisi pour représenter ce disque. Un choix que je ne partage pas forcément. Pour tout dire, je trouve la mélodie un peu trop passe-artout et les choeurs d’enfants un peu crispants. Next. « Y’a quelqu’un » nous ramène à la réalité. Enfin, pas vraiment, puisque « Crquemitaine » est hautement référencé niveau cinéma (en même temps, l’ensemble du disque est dans le même trip). « C’KOA » est un peu trop groovy pour moi, « Coselofo » est encore un peu trop classique pour moi. « L’arthropode » dégaine plus franchement les guitares, et ça lui va bien. « Journal de bord » et « 02/01/2019 » confirment que Coffees And Cigarettes est réellement très doué pour composer des pièces instrumentales. « Emmène-moi » concrétise vraiment le côté « musique de film » de la galette ; il est plus qu’un rap, c’est une pièce, un monologue mis en scène. On arrive au titre qui donne son nom à l’album, très thématique et bien vu. « Full HD » est plus typé chanson. Enfin, « Coffees resistance » termine la course en jouant sur plusieurs tableaux : celui de l’egotrip, du rock, de l’electro et des références pop culture. Une bonne conclusion à un disque pas parfait mais qui sème suffisamment d’espoir et de bonnes vibes pour qu’on oublie pas le nom de Coffees And Cigarettes !

Facebook

Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.