ORELSAN : Civilisation

C’est marrant, j’ai très rarement écouté un album entier d’Orelsan, alors que je trouve son rap de qualité et ses textes parmi les plus intéressants du rap game francophone. Bon, il y a le fait que le bonhomme est tellement plébiscité et installé que je ne vois souvent pas l’intérêt d’en rajouter une couche. Pour lui comme pour les autres, d’ailleurs. Mais en faisant le tour, je me rends compte que j’ai quand même chroniqué « Le chant des sirènes ». Et aujourd’hui comme hier, ce que j’aime chez lui est intact ; c’est son mal-être, ses contradictions, son refus de sa propre condition, à n’importe quel moment de sa carrière, son réalisme qui va à l’encontre de son propre bonheur. Pourtant, ici, et c’est certainement ce qui m’a le plus marqué dans « Civilization », Orelsan montre un autre visage ; celui du bonheur, justement. Enfin, son bonheur à lui, pris à sa façon, c’est à dire toujours traversé de doutes, de cynisme ou de sarcasme. Mais quand même. Au travers de ces quinze titres, il évoque sa vie de couple rassérénée, ses relations familiales renouvelées, sa relation avec le succès. Et puis aussi ses galères du quotidien, et sa vie, tout simplement. Oh, il y a aussi un peu de storytelling, et il fait ça aussi très bien, mais ce qui est le plus passionnant pour moi dans ce disque, c’est l’effet miroir qu’il peut induire, la façon dont chacun peut le percevoir et s’y reconnaître. « Civilization » n’est pas une étude, c’est un écho. La vie, l’avis d’Orelsan ne sont intéressants que parce qu’il résonne dans notre propre histoire, nous met face à des vérités universelles et pourtant si personnelles. Alors oui, les titres plus légers me touchent moins, voir pas du tout. Mais rien que pour les autres oui, « Civilization » vaut pour moi le coup, et s’inscrit fièrement dans la continuité du travail de l’artiste. Maintenant, cette évolution va-t-elle être suivie par les fans ? Pas sûr, puisque, pour dire le mot qui fâche, on sent ici une « maturité » nouvelle qui contraste avec ce qu’on connaît du monsieur. Alors, dernier album d’Orel, premier du San ?

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Orelsan, vous vous souvenez ? Oui, c'est celui qui avait fait le contre-buzz avec le titre "Sale pute", et a déclenché une campagne de boycott nationale. Pas forcément méritée d'ailleurs, puisqu'il ne s'agissait que d'un exercice de style, même s'il y avait bien un gros fond de misogynie, ce qui…
    Tags: orelsan, ne, français, rap
  • 10000
    Je ne connais Lexa Large que depuis peu. J’ai reçu deux de ses clips, « Interdit » et « Moindre mal », et j’ai vite capté que derrière ces textes goguenards et ses airs de ne pas y toucher, il y a un vrai talent. La distance prise avec le sujet, la prise de…
    Tags: d, l, c, bien, a, plus, rap, ne, on, y
  • 10000
    Dans la vie, il paraît que chacun a droit à son quart d’heure de gloire. Gringe, comparse historique d’Orelsan, a vu ce dernier accéder à une gloire certes bien méritée, mais dont il n’a grignoté que quelques parcelles, lui qui a participé tout autant à l’aventure Casseurs Flowters, à l’excellent…
    Tags: l, d, on, a, bien, plus, vie, n, rap, français
  • 10000
    Décidément, je croise souvent le beatmaker Mani Deiz en ce moment. Et autant il est efficace et posé en solo, autant il est un atout considérable pour ses collaborateurs dans le domaine hip-hop. Cette fois-ci, donc, c’est avec Lucio Bukowski qu’il s’associe le temps de 38 minutes d’un rap français…
    Tags: d, rap, c, français, n, façon, album, l, paroles, a
  • 10000
    « Boombap 2.0 ». Une jolie formule qui, Lacraps l’avoue, n’a pas de signification profonde. Vieilles formules à la diction moderne, pourrait-on dire ? Oui. Lacraps, nordiste d’origine, montpelliérain d’adoption, est venu tard au rap. Trop occupé à survivre. Ce qui ne signifie ni qu’il est plus « street » qu les autres, ni moins…
    Tags: d, l, ne, a, rap, plus, n, français, on, bien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.