LACRAPS : Boombap 2.0

« Boombap 2.0 ». Une jolie formule qui, Lacraps l’avoue, n’a pas de signification profonde. Vieilles formules à la diction moderne, pourrait-on dire ? Oui. Lacraps, nordiste d’origine, montpelliérain d’adoption, est venu tard au rap. Trop occupé à survivre. Ce qui ne signifie ni qu’il est plus « street » qu les autres, ni moins d’ailleurs. En fait, le mc s’en fout. Il ne considère pas le rap français comme l’apanage d’une certaine faction sociale, juste comme un organe d’expression et d’éducation. Et à ce titre, il se place à l’écart d’une scène actuelle trop centrée sur le paraître, et préfère descendre en rappel à hauteur d’homme plutôt que de participer à l’escalade vers le sale, quotidien du rap français médiatisé et sclérosé. Alors old school Lacraps ? Il y a de ça. Les prods de Nizi (à qui Mani Deïz a cédé la place) sont sombres et mélancoliques, le flow de Lacraps est serein, les mots détachés : il s’agit bien de se faire comprendre. Et si le mc a choisi de diversifier son empreinte vocale en intégrant plus de chant que par le passé, de l’autotune à dose homéopathique, il reste le même « enfoiré » qu’on avait découvert sur « 42 grammes ». Un mec posé, conscient de sa position de porte-voix, et qui du coup tourne bien ses textes sept fois dans le plumier avant de les coucher sur bande. Un mec qui sait s’entourer aussi, à la prod certes (les titres sont impeccables), mais aux featurings également (quel plaisir par exemple de retrouver Furax sur « La marge »!). Un mec dont on ne peut que conseiller l’écoute à tous, puisqu’il représente le hip-hop évolué, celui qui ne fait pas d’impasse sur le fonds mais n’oublie pas que ce sont les formes qui séduisent au premier abord. Ceci dit, je dois reconnaître que certaines références du bonhomme vont plus parler au trentenaire que je suis qu’aux minots, mais un petit effort et ils découvriront un excellent et trop discret outsider.

Site officiel

Paroles de l’album

Lacraps : 1000 ratures

Lacraps : Par le bas

Related Posts

  • 10000
    Le troisième album du rappeur Dooz Kawa sera donc celui qui m'introduira dans l'univers fantasque, original et littéraire du strasbourgeois. Qu'on s'entende ; vous pouvez continuer à me traiter d'inculte parce que je ne comprends pas la poésie et le côté visionnaire de Booba, je m'en fous. Moi, ce que je…
  • 10000
    Ce serait mentir que d’affirmer que je suis autant attentif à la scène rap français qu’il y a dix ou vingt ans. Mais le genre sait me rappeler à son bon souvenir une fois de temps en temps, et me prouver que certains ont encore des choses intelligentes à dire,…
  • 10000
    Le rappeur Hartigan et le beatmaker Mani Deïz s’allient pour nous présenter ce premier album du emcee. Ceux qui traînent souvent ici le savent ; en terme de rap français, j’aime les choses posées, sombres et écrites. Vous ne vous étonnerez donc pas de la teneur résolument amère de ce « Purgatoire »…
  • 10000
    Décidément, je croise souvent le beatmaker Mani Deiz en ce moment. Et autant il est efficace et posé en solo, autant il est un atout considérable pour ses collaborateurs dans le domaine hip-hop. Cette fois-ci, donc, c’est avec Lucio Bukowski qu’il s’associe le temps de 38 minutes d’un rap français…
  • 10000
    J'écoute peu de rap francophone. Mais j'ai la prétention de n'écouter que des choses de qualité. Il faut dire qu'à la différence du rap ricain je m'attache beaucoup au texte, à l'esprit, à l'attitude. Asocial Club, par exemple, est un collectif de mc's venus d'un peu partout mais avec pour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *