MIDIVAL PUNDITZ : Light

Print

Je suis un petit peu collectionneur. J’aime bien écouter des disques qui viennent de partout, des disques hors normes, ceux qu’on ne verra pas ailleurs. Ce n’est pas vraiment une compétition, ou peut-être juste contre moi-même, un procédé qui me permet de me botter le cul et éviter la routine. Midival Punditz, c’est une formation electro qui nous vient d’Inde et inclut des influences ethniques dans sa musique. Est-ce que j’aurai écouté un disque avec le même profil s’il était venu d’ailleurs ? Pas sûr du tout. Enfin bref, « Light » est le cinquième album du collectif. Il débute par le morceau-fleuve « Run », assez européen dans sa forme, épique et plutôt rock. Suit « Baanwarey », où la plus-value world est beaucoup plus présente ; un chant et des rythmes exotiques s’y marient à des éléments plus classiques. Original, dépaysant mais pas assez efficace. « Nadia » utilise peu ou prou les mêmes ingrédients mais s’avère un peu plus convaincant avec son duo de voix oriental. « Rushing » rappelle « Run ». On tourne un peu en rond, même si l’ensemble est agréable. Le reste est à l’avenant. Tout au plus peut-on extraire de ce « Light » décevant car trop passe-partout, trop « musique d’ambiance » la « Don’t let go » finale qui la joue un cran au-dessus en terme d’énergie communicative et de potentiel commercial. Il faut dire aussi qu’elle inclut un chant masculin en anglais très radio-friendly. Du coup c’est un peu triste de retenir plus facilement le titre le plus opportuniste du lot. J’ai dit « retenir », hein, pas « apprécier ». Bon, au final, Midival Punditz est une grosse déception pour moi ; la volonté de fusionner est là, les éléments disparates aussi, mais la réalisation manque cruellement de bonnes idées. Tiédasse.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Formation française multi-culturelle, Orange Blossom est unique aussi bien dans le paysage français que mondial. Mêlant musique électronique, musique orientale, cuivres et cordes, « Everything must change » marque une étape dans l'hybridation musicale des cultures et des genres, créant un nouveau langage, faisant éclater préjugés et frontières pour mieux s'assumer citoyen…
  • 10000
    Groupe apatride basé en France, formé d'une américaine, d'un iranien et d'un algérien, Ekova produit une world music ouverte et créative, brassant les sons et les cultures. Un mélange susceptible de plaire à un large public qui sort un peu le genre du pré fermé des connaisseurs. Le groupe fera…
  • 10000
    Oi Va Voi est un collectif Londonien de religion juive pratiquant une musique apatride, entre traditions world diverses (juive, tzigane, orientale, que sais-je encore!), trip hop feutré, pop ouverte et musique électronique au sens large. Et qui le fait avec un talent certain. Dès le premier titre, on est littéralement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *