MADNESS : The rise and fall

madness_riseandfall

Plus on est nombreux dans un groupe, plus il est difficile d’aller tous dans la même direction. C’est ce que commence à percevoir Madness avec son quatrième album « The rise and fall », qui, à l’image de la pochette voyant ses sept membres attifés de manière très différente, part un peu dans tous les sens. Il reste bien ici du ska two-tone tel que popularisé par le groupe, mais ce matériau de base s’efface de plus en plus, au profit de titres beaucoup plus pop, ou de chansons hybrides entre pop, ska, jazz, world-pop, rock et on-ne-sait-pas-vraiment-quoi. A l’époque, on assimile ce côté foutraque à de l’inventivité et un nouveau souffle. La vérité, on le sait maintenant au vu des dissensions internes apparues très vite après ce plutôt bon « The rise and fall », c’est que Madness se cherche un futur, une planche de salut. Il le fait souvent de fort belle manière, car ce disque contient, outre l’énorme « Our house », des titres vraiment très réussis comme « Rise and fall », « Tomorrow’s just another day », « Primrose hill », « Mr speaker gets the word » et « Calling cards ». Le reste navigant entre pas mal et juste bizarre. Alors oui, « The rise and fall » mérite vraiment d’être écouté, mais plus comme témoignage d’un grand groupe qui vacille avec panache que comme une œuvre visionnaire et fondatrice.

Site officiel

Paroles de l’album

Madness : Our house

Related Posts

  • 10000
    2009, année du grand retour de Madness, après un disque de reprises moyennement excitant ? C'est du moins ce qu'on clame partout. Il fallait donc que votre serviteur s'assure que la rumeur disait juste, et que ses héros de jeunesse étaient encore debout et en bonne forme. Parce que c'est…
  • 10000
    Sixième album pour les californiens de Mad Caddies. Pour ceux qui n'auraient jamais été confrontés à eux, il s'agit d'un groupe de ska-punk qui au fur et à mesure des années flirte de plus en plus avec le rock, voir la pop. Le combo a certes développé un certain talent…
  • 10000
    World / Inferno, c'est un nom que j'ai déjà croisé au détour d'un webzine. Au bout du sixième album, il était bien temps que je m'intéresse à la musique du groupe, d'autant plus que ce que j'en ai lu donne l'eau à la bouche de l'iconoclaste que je suis. Pensez…
  • 10000
    A l’origine de cet album, une drôle d’histoire. En effet, Streetlight Manifesto est ce qu’on appelle un supergroupe, qui a un jour ensoleillé décidé de sortir ses cuivres pour rendre hommage à une autre formation de ska-punk, Catch 22 (dont le groupe compte des ex-membres) en reprenant intégralement leur album…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *