FOO FIGHTERS : Sonic highways

foofighters_sonichighways

J’aime bien les Foo Fighters. Ouais, j’les aime bien, vous voyez ? Un peu comme ce qu’on dit à une fille qu’on aime pas d’amour, juste d’amitié, qu’on aime voir une fois de temps en temps, avec qui on passe de bons, voir très bons moments, mais qu’on a jamais envisagé autrement. Le groupe de Dave Grohl a toujours produit des titres rock entraînants et très malins mélodiquement parlant. Mais si certains d’entre eux ont pu entrer par une fenêtre et se loger dans ma tête plus ou moins durablement, et si je n’ai jamais rechigné à découvrir un nouvel album du groupe, et plus généralement n’importe quel nouveau projet du guitariste-chanteur, j’ai bien peur de n’en considérer aucun comme un chef d’oeuvre impérissable. Me voici donc, trois ans après le très bon « Wasting light », face à huit nouveaux titres, chacun composé et enregistré dans une ville différente des Etats-Unis, l’ensemble étant accompagné d’un documentaire (nouvelle marotte de Dave) retraçant l’histoire musicale desdites villes. Premier constat ; je dois avoir de grosses lacunes, car j’ai du mal à percevoir les différences de son et d’influences d’un titre à l’autre, ou du moins je n’en suis pas plus capable que sur les précédents disques. Deuxième constat ; je n’entend pas vraiment non plus la floppée d’invités (Rick Nielsen de Cheap Trick, Ben Gibbard de Death Cab For Cutie, les Bad Brains, Joe Walsh des Eagles…) s’exprimer. Ce qui ne m’empêche pas d’apprécier ce huitième album à sa juste mesure ; celle d’un autre bon disque (bien qu’un poil court) d’un groupe que j’aime bien. Comment ? Si j’y ai trouvé autre chose ? Ben non, mais je ne cherchais pas vraiment non plus…

Site officiel

Paroles de l’album

Foo Fighters : Something from nothing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *