DIVERS ARTISTES : Black Waves Adrenochrome – The Sisters of Mercy Tribute

Ah tiens, un disque qui se trouve à la conjonction de mon amour pour les reprises et des Sisters Of Mercy ! Enfin, bon, ça, c’est dans le meilleur des cas. Plus précisément, ce sera le cas si les formations présentes sur ce nouveau tribute orienté metal ont assez bossé pour proposer des versions alternatives à la fois originales et respectueuses du matériau d’origine. Bon, avant de me lancer dans l’écoute à proprement parler, je dois reconnaître qu’il y a du beau monde ici ; Paradise Lost, Cradle Of Filth, Dan Swano, les sous-estimés Dreadful Shadows, In Extremo, Kreator… Bon, bien sur, on y trouve aussi quelques inconnus, mais on est jamais à l’abri d’une bonne surprise. Le choix a été fait de ne pas se concentrer sur une seule période de la carrière du groupe, mais de donner un aperçu des trois albums. Bon. Pour être honnête, j’aurais préféré que la sélection s’arrête au premier opus, qui reste incontournable pour moi. Mais soit. Ce genre de compilation repose sur l’amour des interprètes pour le matériau d’origine, mais encore faut-il qu’ils sachent le transmettre à nos petites esgourdes sans les écorcher. Et tous ne sont pas égaux devant cette épreuve. Ici, Paradise Lost ne s’en sort pas mal, reprenant « Walk away » à sa sauce. Mais on connaissait déjà le titre, sorti comme bonus à l’époque de « Draconian times ». le « No time to cry » de Cradle Of Filth me surprend un peu plus, mais s’avère assez réussi, forcément plus théâtral. Cette reprise avait été réalisée en 2001 à l’époque de « Bitter suites to succubi ». Eh oui, si vous vouliez trouver du contenu original, c’est râpé ; on se contente de déterrer des versions déjà existantes. La version metal du « Temple of Love » de Deadlock a de la gueule aussi, même si elle ne s’éloigne que peu de l’original, et que la chanteuse n’a pas le charme d’une Ofra Haza. L’autre bonne surprise vient du doublé « Lucretia, my reflection » avec d’un côté Kreator et de l’autre Dan Swano. Et… c’est à peu près tout. Le reste se partage entre passable et calamiteux. Bref, pas l’affaire du siècle, cette compil…

Related Posts

  • 10000
    Si les espagnols de Balmog sont partis d'une base black metal lors de la création du groupe en 2003, et que le récent « Vacuum » (2018) naviguait aussi dans ces eaux saumâtres, ils arrivent avec ce disque à quelque chose de beaucoup plus réfléchi et personnel. Voilà le premier argument pour…
    Tags: on, plus, se, metal, rock, d, l, me, ne, y
  • 10000
    Il y a quelques années, une compilation me fit découvrir quelques formations talentueuses de gothic rock et dark wave, dont This Burning Effigy. Moi qui ne connaissais que les « classiques » du genre, je me retrouvai confronté à un tout nouveau monde de possibles. Ce qui eut pour conséquence de me…
    Tags: the, ne, l, y, me, of, d, s, on, rock
  • 10000
    1997. Votre serviteur, toujours en quête de nouvelles sensations musicales, et après avoir épuisé sa copie de "First and last and always" des Sisters Of Mercy, voit dans l'achat d'une compil goth / darkwave sobrement et efficacement intitulée "Darkend" un bon investissement et un moyen rapide de faire connaissance avec…
    Tags: plus, of, rock, gothique, me, the, mercy, sisters
  • 10000
    Qu’un groupe parvienne à faire mouche avec un seul titre, le premier de son premier album, alors qu’il vient de nulle part (bon, ok, de Los Angeles) et que personne ne l’a vu arriver (quoi, il y en a parmi vous qui ont écouté son premier ep il y a…
    Tags: a, d, ne, rock, assez, y, l, plus, on, s
  • 10000
    Lors de ma dernière rencontre avec le groupe suédois, en 2018, je me pâmais devant la capacité des gars à produire de vraies pépites de metal gothique hargneuses et mélancoliques. Je n’attendais donc pas autre chose cette fois que la confirmation de mon jugement, et d’être soufflé par un cinquième…
    Tags: cette, the, metal, plus, me, s, a, l, ne, of

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.