COLOURS : Ivory

colours-ivory-1024x1024

Bon, ne pas se fier à l’apparence, tout ça, je sais. Mais quand je vois débarquer un disque de chez Victory Records, je ne peux pas m’attendre à ça. Du hardcore, d’accord. Du punk, du ska, de l’emo, passe. Mais une synth pop lorgnant plus du côté pop que du côté synth… Oh, attention, ne vous méprenez pas, il ne s’agit aucunement d’un jugement de valeur. Pas encore, du moins. Colours, donc. Je pourrais vous dire qu’il s’agit d’un duo de Sarasota, en Floride, et que cet « Ivory » est son premier album. Mais ça n’a pas vraiment d’intérêt. En revanche, vous dire que sa musique allie le son electro pop indie et l’efficacité des grosses machines dansantes r&b, là, ça devient plus pertinent. Et là où ça se complexifie, c’est quand je vous annonce que ça fonctionne assez bien. Pour ceux qui douteraient de l’invraisemblance de la chose, sachez que je ne suis pas vraiment dans le trip voix de minet et dance pop radiophonique. Pourtant, en toute objectivité, c’est assez proche de ce que propose cet album. Colours pourrait être l’incarnation d’un boys band moderne. Malin, peut-être même roublard, le combo enchaîne les titres diablement efficaces, parfaitement calibrés ; ni trop longs, ni trop courts, ni trop niais, ni trop complexes, pas vraiment variété mais pas indie non plus. Oui, « Ivory » est bon, peut-être même très bon, et il est potentiellement urgent d’en faire la connaissance si vous appréciez la synth pop. Je sais, j’avance prudemment là, mais c’est parce que je ne suis pas certain que j’en penserai la même chose d’ici quelques semaines. Drôle de sensation. A vous de vous faire votre opinion, à présent !

Paroles de l’album

Site officiel

Colours : Monster

Related Posts

  • 10000
    S'il est bien un genre musical en vogue ces dernières années, c'est bien l'electro-pop. Chaque mois, on voit débarquer de nouvelles formations, des plus mièvres au plus musclées, cannibalisant les rythmiques dansantes et les claviers en tout genre. Aujourd'hui, on se penche sur le trio de Sydney, qui fricote volontiers…
  • 10000
    Premier album d'un groupe electro pop angelino déjà bien hype (le morceau « Pumped Up Kicks » tourne en boucle sur le net, tandis que « Don't Stop (Colour On The Walls) » est vampirisé et propulsé pour un jingle par Canal +), ce « Torches » a tout de la bombe imparable, du disque qui…
  • 10000
    Il faut dire ce qui est. En fouillant la toile à la reherche de sorties intéressantes, et en tombant sur ce groupe viennois, ma première réflexion a été « mais qu'est-ce que c'est que ce nom à la con » ? Et puis, j'ai pris du recul. Bien rares sont en fait les…
  • 10000
    Client et moi, c'est une vieille histoire. Découvert il y a 11 ans à l'occasion de la sortie d'un premier album electro pop frais et sympathique qui savait se faire dansant certes mais maniait également les températures musicales négatives, mariant même les deux pour un résultat assez convaincant même si…
  • 10000
    Troisième « vrai » disque chez Moshi moshi pour le duo anglais Summer Camp. Au programme, une pop indé énergique et acidulé, frôlant parfois le rock alternatif, mais également chargée d'influences synth pop ou simplement plus pop. L'alternance et la complémentarité des voix féminines et masculines (Summer Camp est un couple mixte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *