GONZALES : Ivory Tower

gonzales ivory

Plutôt échaudé par les récentes pérégrinations « variétoche » de l’auto-proclamé « worst mc », c’est avec circonspection que je me lance à l’ascension de cette tour d’ivoire. Mais, grand sportif devant l’éternel (mouarf, oui), je ne puis longtemps résister à l’appel de l’effort. Arnaché et échauffé, je me lance. Premier étage (« Knight Moves » et « I Am Europe »), tout va bien, ce n’est ni plaisant ni déplaisant, un peu trop facile, mais on se voit avancer au moins. Je profite d’une petite pause pour profiter de la vue (« Bittersuite »), et repart sur un rythme doux mais entraînant (« Smothered Mate »). Deuxième étage (« The Grudge »), je crois reconnaître les visages familiers d’un rappeur et d’un pianiste dont j’ai apprécié le travail il y a quelques années. Curieusement, c’est de ce dernier dont je me rappelle le plus, lui qui fut pourtant le plus discret des deux. Mais ces bribes musicales sont parasitées par une espèce de bouillie sonore entre le revival eighties et l’électro branchouille qui s’échappe d’une VMC du troisième étage (« Rococo Chanel », « Never Stop »). Je me hâte de passer l’aération fautive, en essayant le plus possible de me concentrer sur le pianiste (« Pixel Paxil »). Au quatrième, une fête bat son plein (« You Can Dance ») ; les gens rient, trinquent et s’amusent, ça me redonne un peu d’énergie pour entreprendre la suite, même si la fatigue commence à se faire sentir. Petit coup de mou supplémentaire quand j’aperçois, juste au-dessus, une silhouette solitaire porter un verre à sa bouche dans la pénombre (« Crying » et « Final Fantasy »). Trop tard pour renoncer, je continue. Je touche au but, et le soleil me lèche la nuque, rendant l’effort un peu plus pénible encore (« Siren Song »). Derniers centimètres. Ma main atteint la cime tant convoitée « Never Stop Chilly Gonzales Rap ». Je me hisse péniblement, et contemple… Un bien triste spectacle. Une vue au rabais, mes mains rougies et abîmées, et la fâcheuse impression d’avoir perdu du temps et de l’énergie pour un pseudo-exploit pas très glorieux. Même pas envie de laisser une deuxième chance à la tour, tiens. Pour descendre, je prendrais l’ascenseur…

 

Site officiel

Gonzales : You can dance

Related Posts

  • 10000
    J'ai découvert Gonzales sur le tard, à l'occasion de son troisième album « Presidential Suite ». Et j'ai depuis suivi le bonhomme, autant dans les remixes (certes moyens mais amusants) de ce même album, que dans ses pièces à la Satie. Gonzales est, on le sait, hautement versatile dans ses…
  • 10000
    Dans la famille « mais qu’est-il allé faire dans cette galère ? », je demande Danny Mommens. On savait les membres de Deus un peu dérangés (il fallait l’être un peu pour être aussi génial), mais on ne leur connaissait pas ce penchant pour le mauvais goût musical. Après un Magnus assez moyen,…
  • 10000
    J'étais ressorti plutôt très mitigé de l'écoute du troisième opus des aventures de la danoise Nanna Oland Fabricius, et sans grande envie d'y retourner. Mais vous savez ce que c'est, l'esprit de noël, le pardon chrétien, tout ça... Pfff ! Bon, ok, en ce moment pas grand-chose d'autre à me mettre…
  • 10000
    Cinq ans d'absence pour les chantres de l'electro-pop 80's Zoot Woman, c'est beaucoup. D'autant plus qu'ils ne sont pas vraiment les seuls sur la piste ; une meute, une horde de copieurs ou de jeunes gens partageant la même obsession pour les mélodies rétro et dansantes ont pris leur place.…
  • 10000
    Si je devais élire le style musical que je déteste le plus, j'avoue que j'hésiterais un peu, mais il y a de grandes chances que le R&B arrive en tête. Pourtant, depuis quelques temps, certains artistes jouent avec ses codes pour le pervertir, l'hybrider, l'amener sur un autre terrain. L'américaine…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *