AT THE HOLLOW : What I hold most dear

atthehollow_whatihold

At The Hollow est un trio finlandais qui sort avec ce « What I hold most dear » son premier album ; voici les seules infos que j’ai en ma possession à l’entame de « Was it worth it », premier titre et également premier single de l’album. Mais très vite, à l’écoute de ce titre d’une beauté désarmante, je m’en fous. Si le couplet peut clairement évoquer un Mud Flow, le refrain part vers une musique toujours aussi mélancolique mais plus flamboyante. C’est ce mélange entre indie pop intimiste et moments plus héroïques qui est à l’honneur sur ce disque, où l’on retrouve un peu de l’univers de Logh et de la musicalité Vénusienne (de Venus, le groupe belge). Vous trouvez que tout ça fait beaucoup de références pour un jeune groupe ? Rassurez-vous ; ce ne sont que des mots, et ce que vous propose At The Hollow va bien au-delà. Si son défaut principal est de ne pas assez varier son instrumentation, ce qui pourrait bien fatiguer sur un deuxième album, le groupe regorge également de qualités. Douceur, feeling, sensibilité, sens de la progression mélodique, intelligence dans le placement de son violoncelle… Ce premier album, s’il est à réserver aux amateurs de mélancolie pop, n’en est pas moins excellent. Un peu moins de théâtralité et d’uniformité, et le futur de At The Hollow sera radieusement noir !

Site officiel

At The Hollow : Was it worth it

Related Posts

  • 10000
    A l'écoute de ce premier album de la canadienne, plusieurs noms viennent en tête : Bjork, Florence + The Machine, Kate Bush, Oh Land. On pourrait imaginer pire. En huit titres, la jeune femme installe un univers à la fois personnel et plein de petites touches de couleurs musicales bigarrées,…
  • 10000
    Sextet pop indé suédois, Logh produit avec « North » son 4e album. Douce et mélancolique, se parant à l'occasion de nappes post rock, la musique du groupe m'avait déjà séduit dans le passé. Pour tout dire, elle ne m'avait jamais déçu. A priori, l'écoute des 10 titres de cette nouvelle offrande…
  • 10000
    Disque d'une inquiétante beauté, « Great surround » évoque autant la pop jazz ténébreuse d'Angelo Badalamenti sur la bande originale de Twin Peaks que le rock progressif d'Anathema sur la partie actuelle de sa carrière. La voix de Wayne Switzer n'y est d'ailleurs pas pour rien, rappelant souvent le timbre mi-profond mi-stellaire…
  • 10000
    "No certain night or morning", premier album des New Yorkais, m'avait soufflé par sa faculté à mélanger electro pop inventive et indie pop à la Radiohead (dont on pourrait franchement croire que les deux groupes partagent le même chanteur). Mais plus que la forme, c'est le fond qui m'avait séduit…
  • 10000
    Les bordelais de Calc et leur pop douce et mélancolique se font connaître en 2005 avec la sortie de ce troisième album. Trop souvent comparée à celle d'Elliott Smith, la musique de Julien Pras présente certes quelques ressemblances avec celle du regretté et génial songwriter, et sa voix également, mais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *