SOPHIA : As we make our way (unknown harbours)

sophia_aswemake

Je suis Sophia de loin en loin depuis sa création. Je sais que j’ai tort. Car la musique de Robin Proper-Shepard, faite de mélancolie et de cassures, quelle que soit l’époque à laquelle elle appartient, a ce côté hypnotique immédiat, cette simplicité désarmante. J’ai fait connaissance avec lui à la fin de ce qui a donné naissance à Sophia : le terriblement poignant « One last laugh in a place of dying… » de The God Machine. Soit le point de départ de sa deuxième partie de carrière, après le traumatisant décès en quelques jours du bassiste du trio. Depuis, on le sait, Robin n’a plus jamais été le même, et traîne un mal-être profond traversé de discrets rais de lumière. Ce qui donne parfois naissance à de superbes moments de pop mélancolique, et souvent à des disques très agréables. Silencieux pendant sept longues années, Sophia doit convaincre. « Unknown harbours », intro instrumentale, lève l’ancre de façon grave mais délicate. « Resisting » se fait plus intense ; le riff camouflé de son intro pourrait évoquer du cascadian black metal, le reste se situe dans ce que le groupe sait faire de mieux, se rapprochant du premier groupe de Robin. « The drifter », ballade belle à crever, poursuit le chemin de la plus belle des façons. Hélas, « Don’t ask » et « Blame » sont un peu plus classiques et pourraient en perdre certains en route. « St Tropez / The hustle », un peu plus énervé, nous sort d’une certaine torpeur même s’il ne se montre pas aussi magique que les premiers titres. Suit l’étrange « You say it’s alright », la faussement encourageante « Baby, hold on », et « It’s easy to be lonely » clôt l’aventure d’une façon flamboyante et magnifique. Ce septième album a donc les qualités et les défauts de ses prédécesseurs, et s’avère donc bon, parfois très, mais pas parfait. Ce qui est déjà honorable.

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    La découverte de cet album des américains Citizen fait partie des petits bonheurs tant espérés quand on a un loisir aussi chronophage que le mien. Étiqueté emo / post hardcore, j'avoue que je me suis écarté de la route du groupe, fatigué d'écouter des choses certes bonnes mais assez convenues.…
  • 10000
    Miranda Lee Richards n'a jamais fait partie jusqu'à présent de mon spectre musical. Parce que la dame s'est principalement fait connaître par le biais de ses collaborations avec Brian Jonestown Massacre, dont je n'ai jamais vraiment exploré l'univers. Et que si cet album est sa troisième œuvre en solo, les…
  • 10000
    Lanterns On The Lake sort en 2015 son troisième album. Vous décrire le genre pratiqué ici ? Une pop tragique et belle, se nourrissant de folk, de rock indé, d'éléments baroques. Mais ce serait minimiser l'impact des 10 titres de ce disque. Flamboyants, amples et ambitieux, ils occupent l'espace d'une manière…
  • 10000
    Avec ce nom qui ferait fantasmer nos (hum) grands comiques nationaux tant il est promesse de jeux de mots truculents, The Pines pourrait être perçu comme un groupe comme un groupe de petits rigolos, ou juste un groupe à éviter. Ce serait dommage, car ces américains ont développé depuis leurs…
  • 10000
    Raté à sa sortie en 2014, je reviens avec plaisir sur ce deuxième album du groupe de Portland, qui m'avait charmé avec son premier album « Hold this ghost » entre folk pastorale et pop orchestrale. Les revoici dans les mêmes dispositions ; beaucoup de mélancolie, de la beauté froide, des harmonies vocales…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *