ARKONA : Lunaris

arkona-lunaris

Ces polonais ont une image quelque peu trouble ; comme pas mal de leurs collègues blackeux à travers le monde, et c’est bien normal quand on se montre quelque peu misanthrope, ils ont parfois été taxés de fachos. Bien difficile de démêler le vrai du faux quand on ne comprend rien à la langue. Ce que je comprends fort bien, en revanche, c’est l’essence du black metal du groupe : la haine, féroce, tenace, implacable. Elle habille les six (relativement) longs titres de « Lunaris » d’une noirceur qui confère à la sorcellerie tant elle prend transpire de chaque note, qu’elle s’insinue en nous par chaque pore, nous soulève et nous porte, forts d’une puissance jamais (rarement du moins) ressentie auparavant. Froids, intenses, mélodiques et d’un noir profond, ils me rappellent le premier ep des norvégiens de Mundanus Imperium. Malgré ses origines polonaises, Arkona subit et retranscrit ses influences très scandinaves, et de façon assez grandiose. « Lunaris » est un disque quasi-irréprochable. Le son, l’intensité, l’ambiance générale, le placement des nuances, tout est excellent. Aucune hésitation ; foncez !

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Si les suédois souffrent toujours d'une réputation de deuxième de la classe, appliqué mais sans imagination, ils ne se découragent pas pour autant et reviennent régulièrement à la charge ces dernières années avec des disques travaillés et assez réussis. « The Black Curse » est une fois de plus l'un de ces…
  • 10000
    Comme son nom l'indique, Necronautical entretien un rapport étroit à la fois avec le monde subaquatique et la mort. Et reconnaissez que le black metal océanique, c'est pas courant ! Mais heureusement, les anglais ne proposent pas qu'un concept fumeux. Non. Necronautical (oui, je sais, ce nom...) c'est aussi et surtout…
  • 10000
    Dark Funeral a été l'un de mes groupes fétiches pendant un temps. Son black metal mélodique et violent, profondément satanique, assez grandiloquent mais d'une efficacité sans faille, m'a conquis dès son premier très bon album « The secret of the black arts », et encore plus sur l'exceptionnel « Vobiscum satanas ». et puis,…
  • 10000
    En 2010, « No god, no satan » se jouait de l'imagerie du black metal tout en détournant ses codes purement musicaux, et emportait par la même pas mal de suffrages, dont le mien. Je m'attendais donc bêtement à les retrouver sur le même chemin, la sagesse (pffff) en plus, puisque le…
  • 10000
    Il est temps de rendre à Cesar (ou à Néron) ce qui lui appartient. A l'heure où le black metal a un peu perdu de sa sulfureuse aura pour entrer dans la composition de sous-genres divers et variés, revenons sur l'une de ses plus belles réussites, l'indétrônable premier album des…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *