ARKONA : Age of capricorn

Il y a de quoi s’y perdre, alors on va clarifier les choses assez vite : l’Arkona dont on parle ce soir, c’est le polonais, celui qui donne dans le black metal. Donc pas le Arkona russe qui pratique le folk metal. En 2016, le groupe sortait un « Lunaris » assez éblouissant, intense et puissant. Et puis, hop, silence radio. Ce qui pourrait être inquiétant. Mais quand on se retrouve avec un disque comme « Age of capricorn », on est rassuré dès les premières secondes. La production est exemplaire et fait ressortir toutes les qualités du groupe ; un profond respect pour le genre, une maîtrise de ses références et une application extrême. Tout ça se traduit par six titres de durée assez longue au sein desquels la haine, la froideur, la majesté et la mélodie rivalisent. Oui, ça sonne comme du black scandinave de la grande époque, sans grande valeur ajoutée. Mais quel albums mes aïeux ! Sincèrement, si « Stellar inferno » introduit le disque de façon assez classique, sorte de grosse intro mâtinée de black atmo, dès « Alone among wolves », on est dedans. Ok, ça reste très téléphoné, chargé de riffs entendus des dizaines de fois, de plans recyclés, de vocaux dans le plus pur style, mais pour peu qu’on aie été client un jour d’une telle entreprise, on est happé par le truc. Les titres oscillent entre haine pure et ambiances plus posées, mid tempo et mélancoliques, le disque est assez court pour les jouer tous, assez long pour qu’on en ressorte avec le sentiment d’un tout construit et complet. Bien joué.

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Ces polonais ont une image quelque peu trouble ; comme pas mal de leurs collègues blackeux à travers le monde, et c'est bien normal quand on se montre quelque peu misanthrope, ils ont parfois été taxés de fachos. Bien difficile de démêler le vrai du faux quand on ne comprend rien…
    Tags: bien, lunaris, arkona, c'est, on, d'une, d'un, profond, façon, disque
  • 10000
    Dark Funeral a été l'un de mes groupes fétiches pendant un temps. Son black metal mélodique et violent, profondément satanique, assez grandiloquent mais d'une efficacité sans faille, m'a conquis dès son premier très bon album « The secret of the black arts », et encore plus sur l'exceptionnel « Vobiscum satanas ». et puis,…
    Tags: black, c'est, plus, groupe, d'une, puis, se, oui, mid, tempo
  • 10000
    Trois ans après un « Sworn To The dark » qui marquait un virage vers plus d'efficacité et de brutalité, Watain nous revient avec un album tout aussi heavy mais plus varié et moins évident. On peut également y percevoir un côté progressif plus prononcé ; Watain, tout puriste du black soit-il…
    Tags: plus, black
  • 10000
    Dark Funeral endormi, Setherial en perte de vitesse, rien ou presque ne paraît en mesure de stopper Watain et son "Sworn To The Dark", implacable machine de guerre. Troisième opus maléfique pour ce trio suédois totalement dévoué au malin et à ses sbires. Pas d'effets de manche, pas d'attitude plus…
    Tags: a, metal, black
  • 10000
    En 2005, les allemands de Negator m'ont mis une bonne grosse claque avec leur deuxième album « Die eisernen verse ». Pourquoi donc nos routes se sont-elles séparées, comme le saucisson et sa peau ? Je ne saurai le dire. En tout cas, nous voici à nouveau réunis. Et, ô surprise, le style…
    Tags: plus, se, on, a, black, bien, groupe, celui, facebook, https://open.spotify.com/album

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *