THE TWILIGHT SAD : Nobody wants to be here and nobody wants to leave

twilightsad_nobodywants

En 2012, j’avais bien accroché à « No one can ever kow », le précédent album des écossais. Une fois passée l’impression de parodie engendrée par la voix pour le moins typée et spéciale de James Graham, je me suis attaché à des mélodies tristes et grandioses à la fois, à une instrumentation glacée. Deux ans plus tard, c’est curieusement l’accent roucoulant du chanteur que je suis le plus content de recroiser. Une voix avec une vraie personnalité. Si bien que je remarque à peine le retour des guitares au premier plan sur une bonne partie de l’album. Ce quatrième album déploie une fois de plus d’énormes qualités et saura hypnotiser quiconque a un goût prononcé pour le rock sombre et romantique, dans le sens littéraire du terme. C’est mon cas, me voici donc logiquement avec un nouveau coup de coeur dans la besace. Les dix titres ici présents sont certes autant de raisons de détester la vie, mais s’injecter ce poison insidieux à petites doses à coups de chansons dépressives est tellement bon…

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    C'est mon premier contact avec les Écossais de The Twilight Sad, et je lis déjà ça et là que je commence par le "mauvais" album, ou du moins celui qui est le moins représentatif du son du groupe. Celui-ci, jusqu'alors habitué aux murs de guitares, a semble-t-il décidé de les…
  • 10000
    Sous-estimé, sous-médiatisé, sous-marin, « Heartworm » est de ces albums-météores qui traversent votre vie sans prévenir et vous laissent la peau à vif. Peu d'informations sur le groupe qui l'a fait naître, à la longévité inversement proportionnelle à son talent. Formation irlandaise, Whipping Boy est de ces artisans discrets et efficaces qui…
  • 10000
    Le côté intimiste, mélancolique, riche en émotions sans pour autant renier sa facette rock pourrait nous amener à changer le titre de ce disque en "Turn Off The Bright Lights". Car on a pas envie qu'une lumière trop crue ne vienne nous gâcher le plaisir égoïste que l'on éprouve en…
  • 10000
    Ma première rencontre avec les New-Yorkais de Blonde Redhead fut décisive. Je ne me souviens plus par quel biais je fis connaissance avec ce « Misery is a butterfly » qui devait marquer le passage du trio vers une musique plus posée et ambiancée, mais je me souviens du choc que fut…
  • 10000
    Le rock indépendant américain se porte très bien, merci. Pour preuve ce quatrième album sensiblement plus rythmé et positif de The Black Heart Procession. Attention, mettons tout de suite les pendules à l'heure ; nous ne sommes pas en présence des Las Ketchup masculins, et l'ensemble sera perçu comme assez…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *