FARTBARF : Dirty power

fartbarf_dirtypower

Etrange groupe que ce Fartbarf ; composé de trois membres portant un masque d’homme de néanderthal et des uniformes de scientifiques, il pratique une pop complètement électronique aux voix vocodées, triturées, trafiquées et à la batterie bien réelle. Etrange, mais pas du tout désagréable, « Dirty power », premier album du groupe après un ep en 2009, séduit finalement plus qu’il ne dérange, même si tout ici n’est pas parfait. A la fois un peu has been et terriblement actuelle, la musique de Fartbarf sent la bonne idée autant que l’opportunisme, mais c’est finalement la première impression qui reste. Car si le trio voulait juste surfer sur la vague, il aurait évité l’usage systématique et au final un peu rebutant des voix robotiques, et amplifié son côté groovy. Un premier disque encourageant mais un peu trop jusqu’au-boutiste pour fonctionner à 100%.

Site officiel

Fartbarf : Homeless in Heathrow

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *