THE ALGORITHM : Data renaissance

Voici bien longtemps que je n’ai pas croisé la route du français Rémi Gallego et de son projet electro metal The Algorithm. Pourtant, il m’avait fait très bonne impression en 2014 avec son deuxième album « Octopus4 ». Depuis, et à l’écoute de ce cinquième opus, je dirais qu’il a à la fois peaufiné ses méthodes de composition, qu’il a reculé sur les sonorités metal (même si les grosses guitares sont encore bien présentes, on pourrait presque s’en passer). D’aucuns y verraient, de par ses fortes accointances avec le chiptune et la synthwave, un rapprochement avec les cadors de cette scène, que ce soit Carpenter Brut ou Perturbator. Pas forcément. Ici, ces sonorités, bien que facilement décelables, sont triturées, torturées, malaxées, et The Algorithm en tire vraiment quelque chose de différent, de bien plus riche et texturé souvent, de plus complexe et moins dansant mais pas moins rythmé et punchy. C’est difficile à décrire, mais quand vous avez les titres sous le tympan, vous le concevez très vite. L’autre grosse influence de Rémi Gallego, c’est Aphex Twin (prenez un titre comme « Multithreading », c’est assez évident), et si la créativité des deux n’est pas encore comparable, The Algorithm fait tout son possible, on le sent, pour empiler textures et ambiances. Et ça fonctionne bien. Comme dit plus haut, je pense que finalement les éléments metal ne sont intéressants que pour ponctuer l’album, pour amener une dynamique différente parfois, mais ils ne sont pour moi plus essentiels : The Algorithm est très bon, avec ou sans, et la violence ou la puissance sont parfaitement rendues par les rythmiques et sonorités. « Data renaissance » est un putain de bon album ; décidément on est doués en synth wave en France !

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    En tant que réel fan de metal, Carpenter Brut a, en plus de sa trilogie à l’histoire très référencée (le parcours meurtrier de Bret Halford, chanteur du groupe Leather Patrol… sans blague ?), décidé de sauter le pas et intégrer encore plus de metal à sa mixture déjà très marquée rock.…
    Tags: plus, on, brut, carpenter, a, metal, bien, ambiances, the, wave
  • 10000
    En 2018, l’américain Gost avait revu et corrigé sa formule pour y insérer plus de violence et de personnalité. Ça s’était soldé par une demi-réussite, mais une demi-réussite encourageante pour la suite. Est-ce que mon ressenti a été partagé par d’autres ? Est-ce que le retour de l’album a un un…
    Tags: a, ne, moi, assez, electro, bien, album, plus, y, wave
  • 10000
    Deuxième album pour le français Emeric Levardon alias Hollywood Burns. Le style du monsieur, parti d’une synth wave sombre, riche en ambiances et énergique, avait déjà tendance en 2018 à s’étoffer de genres ou sonorités « voisines » ; musique de film et metal. La teneur plus étoffée encore et plus riche en…
    Tags: plus, the, bien, cette, riche, on, ne, titres, français, brut
  • 10000
    On ne compte plus les formations ou plus souvent one-man bands qui font référence à la culture cyberpunk au sens large et s’inspirent de la synthwave pour produire une musique rétro-futuriste de qualité (ou pas). Aujourd’hui nous nous pencherons sur le cas d’Extra Terra, qui mélange dubstep, synthwave et electro…
    Tags: plus, on, ne, synthwave, facilement, electro, titres, assez, bien, souvent
  • 10000
    Dans le petit monde de la synth wave, Dance With The Dead s'est tout de suite démarqué par ses aspects metal bien plus marqués. Chez ces américains, on ne se contente pas de jouer au petit chimiste avec des sons saturés fabriqués par ordinateur interposé, il y a de vrais…
    Tags: plus, bien, the, a, moi, metal, vraiment, ne, on, chose

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.