SERPENTENT : Ancient tomes, vol.I : Mother of light

C’est par une pièce acoustique toute en finesse et en douceur que nous sommes accueillis au sein de ce premier opus de la nouvelle aventure musicale de Anne K. O’Neill, qui s’est jusqu’ici illustrée au travers de peintures, pochettes d’albums et photographies. Serpentent peut être décrit comme un subtil mélange de dark folk, de folk neo classique et de rock gothique soft. Pas d’accent metal ici, alors que c’est souvent le cas (et que, sans surprises, la dame a plus que des accointances avec ce milieu, comme en atteste son book). Bien sûr, l’ensemble de l’album est sombre, très sombre, et le qualifier de gothique n’est pas qu’une facilité : même lorsqu’il évoque les racines musicales (sur le cinquième titre), il sonne tragique et cinématographique. Mais on pourrait sans mal le destiner aux simples fans de folk ouvragé, pour peu que ceux-ci soient sensibles à l’aspect dramatique de la chose. Ce premier album ne manquera pas d’évoquer Lisa Gerrard de Dead Can Dance. Son ambiance particulière et son rythme assez lent limiteront son écoute aux moments adéquats pour l’auditeur, sans quoi il pourra sombrer assez facilement dans l’ennui ou le sommeil le cas échéant. C’est d’ailleurs le principal reproche que je ferais à ce disque ; la trop grande unité de ton de l’ensemble, le manque de variété des titres. Je regrette souvent, ces derniers temps, la courte durée des albums : ici au contraire on aurait pu raccourcir de quelques minutes sans que ça nuise à l’album. J’ai l’air de faire pas mal de reproches à Serpentent. Pourtant, objectivement, « Mother of light » reste un beau et bon disque, à l’identité forte et doté d’un réel sens de l’écriture. Les éléments décrits ci-dessus m’empêchent d’en faire un coup de cœur, mais je suis persuadé que Serpentent peut progresser et devenir une formation de premier plan dans le futur.

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Myrkur, Ricinn, Chelsea Wolfe... et Darkher. Depuis quelques temps, les filles explorent les passerelles entre musique expérimentale, ambiant, metal et pop songs cauchemardesques. Jayn Hanna, donc, s'est émancipée de sa formation d'origine The Steals pour voler de ses propres ailes noires. Et c'est plutôt bien de voir les donzelles du…
    Tags: bien, on, plus, c'est, sombre, reste, ne, rock, metal, souvent
  • 10000
    En 2018, je découvrais le projet solo de la norvégienne Sylvaine, alias Kathrine Shepard. Au sein de celui-ci, elle exprimait à la fois sa mélancolie, sa douceur, sa colère, ses rêves, peurs et espoirs, au travers de ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui un blackgaze inspiré. De toute évidence, la…
    Tags: plus, titre, metal, album, rock, toute, on, a, ne, pourtant
  • 10000
    Il y a quelques années, alors que Winterfylleth foulait ses premières scènes, on découvrait en lui un nouveau chantre du black metal épique et atmosphérique. En fait, on y a très vite perçu une certaine bipolarité ; entre le black atmo et le dark folk, le groupe avait du mal à…
    Tags: plus, on, metal, a, quelques, album, folk, dark, bien, ne
  • 10000
    Je ne sais pas pourquoi je ne rencontre la vénéneuse Chelsea Wolfe qu'aujourd'hui, alors qu'elle sort son cinquième album. Je veux bien que son rock gothique vénéneux teinté de noise, de métal, de folk et d'éléments atmosphériques ne soit pas la musique la plus médiatisée au monde, mais quand même,…
    Tags: ne, plus, bien, rock, gothique, metal
  • 10000
    Les islandais Audn ont choisi de couper leur black metal avec beaucoup de mélodie, glissant donc plus vers le dark metal, ou le black metal atmosphérique. Bon, bien sûr, ce ne sont que des mots, et ça ne reflète pas grand-chose de la teneur « pratique » de ce troisième album. Ceux…
    Tags: plus, bien, on, ne, sûr, aux, metal, assez, album, titres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.