SKUNK ANANSIE : Anarchytecture

skunk-anansie-tornano-con-anarchytecture-4lj7n

Si j’avais autre chose à me mettre sous la dent, donnerais-je une nouvelle chance à Skunk anansie ? Pas sûr. Après tout, si, comme beaucoup à l’époque, j’avais craqué sur « Paranoid and sunburnt », disque rebelle qui crachait à la gueule de l’establishment musical britannique, de la bienséance et des préjugés en général, avec sa chanteuse lesbienne et black qui n’hésitait pas à jouer sur plusieurs tableaux, du metal alternatif à l’attitude punk à la ballade, en passant par les brûlots electro rock rugueux à souhait. Mais c’est vrai qu’après « Post orgasmic chill », je n’ai plus attendu grand-chose du groupe. Pendant quelques années, je n’ai pourtant pas totalement perdu le contact avec lui, ayant bien apprécié les deux disques solo de Skin, la vocaliste. Et puis, j’ai oublié. Le groupe s’est reformé il y a quelques années maintenant, et sort ici son 3e album « seconde période ». Il le débute très bien avec « Love someone else », tube electro rock facile mais efficace. La plus originale « Victim » laisse présager du meilleur pour la suite. Mais avec la pas mauvaise « Beauty is your curse », le groupe recommence à enfiler des perles. Bon, mais convenu, c’est comme ça qu’on pourrait résumer l’album de façon générale ; on y retrouve un peu tout ce qui faisait le charme des précédents, la folie en moins.

Site officiel

Skunk Anansie : Love someone else

Related Posts

  • 10000
    Skin, ex-chanteuse de Skunk Anansie, est une victime manifeste du syndrome du « chanteur d’un groupe qui marche bien qui fait une carrière solo ». A la première échappée, elle essaie de se distinguer de l’entité qui l’a fait connaître, d’explorer d’autres voies, et, devant l’adversité toujours opposée aux artistes (une fanbase…
  • 10000
    Au grand jeu des séparations, et albums solo qui suivent, le public perd souvent ses billes et ses illusions. La séparation à l’amiable de Skunk Anansie semble faire exception à la règle. Nouvelle coupe et nouveaux atours musicaux, la gouailleuse Skin nous revient avec un premier effort solo plutôt réussi.…
  • 10000
    Ah, les islandais ! Côté musique, ils savent se montrer inventifs et originaux, ils l'ont déjà montré dans le passé, et à l'écoute de ce deuxième album, ça ne semble pas près de se calmer. Tant mieux. Bon, bien sûr, ça ne rend pas les choses plus simples à votre serviteur.…
  • 10000
    J'ai honte. Therapy fait partie de mes amours de jeunesse. J'ai, comme beaucoup, craqué sur « Troublegum ». Puis j'ai tout autant accroché sur « Infernal love ». C'était en 1994 et 1995. Et puis après, plus grand-chose. Oh, j'ai bien jeté une oreille distraite sur « Semi-detached », mais j'étais déjà passé à autre chose.…
  • 10000
    Je suis passé à côté de Drenge et de leur premier album en 2013. Et je serais passé à côté de celui-ci si on ne me l'avait pas glissé dans la playlist. Pourtant, si « Undertow » a clairement un profil indé avec son rock alternatif guitare – batterie – voix, il…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *