SHAME : Drunk tank pink

« Songs of praise » avait été un electrochoc, en proposant un post punk survolté et revêche. On devait donc être bien nombreux sur la brèche prêts à s’en prendre une deuxième. Sauf que le groupe, lui, en a décidé autrement. Certes, il œuvre toujours dans le post punk énergique et rebelle, mais le fait de façon bien différente sur cette suite tant attendue. Arrivés là, on peut louer la volonté de ne pas se répéter du groupe, son courage et son audace de façonner des titres bien moins accrocheurs, plus alambiqués. « Drunk tank pink » est assurément moins classique que son aîné, et s’il reste profondément ancré dans le post punk, il va y puiser des influences pas exploitées (par lui, du moins) jusqu’alors. Mais voilà, pour moi que le post punk originel n’a pas vraiment réussi à toucher, ça coince. Je passe mon temps d’écoute de ce deuxième opus à chercher une trace, un souvenir de ce qui m’avait plu dans le premier. Presque en vain. Et je n’aime pas / plus trop publier ce type d’article, celui qui dit ; « c’était mieux avant », mais je me dis aussi que je ne dois pas être le seul dans ma position. Dont acte. Ce qui me manque ici, c’est de la mélodie. Même minimale, un fil rouge auquel me raccrocher pour ne pas avoir la tête sous l’eau. Car oui, ce disque est suffoquant, encore plus rageur que le précédent, presque chaotique par moment, et Charlie Steen y harangue encore plus la foule. Mais pas seulement. La voix, si on veut vraiment chercher, est l’élément qui ressort le plus de ces onze titres. On pourrait parler de maître de cérémonie du post punk. Mais ça ne me suffit pas. Il y a ici une musicalité morcelée, fracassée, que je ne comprends pas. Quelques moments ressortent du lot, pas forcément les plus calmes d’ailleurs (« Great dog », « Snow day »…), mais ça n’est pas suffisant pour que ce deuxième opus parvienne à me captiver. Courageux, mais plus pour moi.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    De jeunes anglais avec des têtes à claques dont le nom circule sur et sous le manteau depuis des mois, un premier album déjà connu comme le loup blanc alors qu’il n’est même pas encore sorti, mais on va où là ? Dans le mur, histoire de se réveiller et de…
    Tags: on, shame, s, ne, rock, l, n, plus, punk, groupe
  • 10000
    Je connais Fontaines D.C. De réputation. Bonne, sans quoi je ne serais pas là. Mais c'est ma première rencontre avec le groupe irlandais. Et je ne suis pas déçu. J'en ai écouté, des disques post punk, surtout depuis quelques années que le style est revenu au goût du jour. C'est…
    Tags: a, me, groupe, plus, punk, post, ne, rock, n, titres
  • 10000
    Moaning est un groupe américain (de Los Angeles, pour etre précis) qui a sorti son premier album il y a deux ans. Et pour faire dans l'originalité, celui-ci donnait dans le post punk mâtiné de shoegaze. Pour ce deuxième opus, Moaning s'éloigne un peu du style qui l'a fait connaître…
    Tags: lui, punk, post, plus, on, a, bien, opus, deuxième, y
  • 10000
    Encore du post punk ? Eh oui. Mais ne fuyez pas comme des couards devant une pénurie de PQ, celui-ci diffère un peu de celui des voisins. Oh, c'est léger, je vous l'accorde, mais il sonne plus comme une cold wave plus stylée. Comme si le The Cure balbutiant avait rencontré…
    Tags: plus, a, on, post, punk, bien, y, d, l, avait
  • 10000
    Je ne suis pas un fervent défenseur du post punk, mais sa froideur et son urgence peuvent, à l'occasion, me charmer. Et ça a été le cas en 2013 avec le « Uncivilised » de Frustration, dont le « It's gonna be the same » a laissé une trace indélébile en moi. Depuis, je…
    Tags: d, plus, moi, a, l, ne, n, groupe, me, soir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.