SAN FERMIN : Jackrabbit

SanFerminJackRabbitCoverweb

Si le terme « pop baroque » m’évoque côté français un FM, outre-manche on pensera plus facilement à un Belle And Sebastian ou un The Divine Comedy. Et pour tout vous dire, là je suis beaucoup moins client. San Fermin sont américains, et s’excluent donc de ces deux traditions musicales. Ils gardent du genre un certain goût pour l’emphase et le pompeux, ceci conjugué à une culture pop de la chanson qui se tient dans un format moins « free » que le genre classique. Voilà qui rassure. Sauf que le groupe insuffle dans sa pop une dose de R&B qui complexifie l’équation. Est-ce que ça signifie que l’on tient là une œuvre exceptionnelle ? Non. Mais ça en fait assurément une œuvre singulière. Si « The woods » introduit le disque de façon très « gentleman gothique », la suite tutoie vraiment une forme de pop entre mainstream et arty. Bon, pour tout vous dire, je n’accroche pas à ce « Jackrabbit ». Je ne parviens pas à déterminer si ce disque constitue un alibi parfait pour que des bobos puissent écouter la musique du peuple sans avoir à en rougir, ou réellement une tentative honnête d’hybridation trans-genres. En tout cas, il y a ici une certaine idée de l’évolution, une forme d’évolution assez réussie et équilibrée même si elle a la faculté de me passer à des milliers de kilomètres au-dessus. Alors voilà, dans la famille : « si tu n’aimes pas, n’en dégoutte pas les autres », je vous présente San Fermin. Et maintenant, je pars écouter des trucs plus à ma portée. En lui mettant une note en rapport avec mon ressenti. Parce que faut quand même pas pousser.

Site officiel

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Je goûte très peu de chanson française. Ou plus exactement, je suis très sélectif. Gourmet ? Non. Toujours est-il que trouver un album qui me plaise dans ce genre relève de l'exploit. Pourtant, certains y parviennent. Pour cela, il leur faut user de stratagèmes retors ; détourner les codes de la chanson,…
  • 10000
    J'avoue avoir été séduit par « Certain People », premier single de FM, groupe parisien qui s'est donné pour mission de réconcilier la pop et la musique baroque, et avoir été particulièrement intéressé par leur démarche, autant que j'ai douté de la viabilité d'un tel concept sur tout un album.…
  • 10000
    Raté à sa sortie en 2014, je reviens avec plaisir sur ce deuxième album du groupe de Portland, qui m'avait charmé avec son premier album « Hold this ghost » entre folk pastorale et pop orchestrale. Les revoici dans les mêmes dispositions ; beaucoup de mélancolie, de la beauté froide, des harmonies vocales…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *