PSYCHOTIC WALTZ : The god-shaped void

S’il y a bien un retour que je n’attendais pas, c’est celui-ci. Quelque part, heureusement. Car si ça avait été le cas, j’aurais eu le temps de me faire des cheveux blancs. Pourquoi ? Parce que, pour moi, Psychotic Waltz est un trésor caché, l’une des formations de metal progressif les plus sous-estimées des années 90. Alors oui, j’avais bien capté leur reformation au début de la décennie, mais ne voyant rien arriver, je m’étais dit que, comme le pantalon d’un cul-de-jatte, ça avait tourné court. Et puis paf, ce cinquième album déboule, juste 23 ans après le précédent. Inespéré, je vous dit. D’autant plus que le combo revient dans sa formation d’origine (ok, ça, on s’en fout un peu, ça n’a jamais été une garantie de réussite), et avec un disque en droite lignée de « Bleeding ». Soit un metal progressif plutôt fluide, toujours technique, porté par un chant clair et des riffs thrashy. Alors oui, ceux qui souhaitaient retrouver la folie créatrice des premiers albums en seront pour leurs frais. Toutefois, vous qui allez découvrir Psychotic Waltz avec ce disque, ne vous attendez pas à des titres plan-plan. Beaux, aériens, joliment orchestrés, puissants et oniriques, ils s’inscrivent certes dans une musicalité et une ambiance communes et reconnaissables, mais forment un tout toujours aussi délectable et personnel. On pourrait cependant se poser une question ; comment ces titres auraient-ils sonné si, au lieu d’être modifiés et complétés par chaque membre du groupe dans son coin et devant son pc, ils l’avaient fait ensemble ? On ne le saura hélas jamais. Mais si je trouve « The god-shaped void » très bon (tous les albums du groupe le sont, cherchez pas), je paierai cher pour retrouver la folie et l’audace d’une « All the voices », « Mindsong » ou « I of the storm ». Bien sûr, le groupe a gommé les aspects purement heavy metal qui lui conféraient une couleur un peu trop rétro, et ça n’est pas plus mal (même si ça reste du heavy thrash progressif, on ne va pas se le cacher). Et « The god-shaped void » se montre toujours aussi grandiose. Et que dire de cette pochette ? Superbe, non ? Ok, je reste très attaché à ce groupe et je continue de penser que ces gars sont extrêmement doués dans leur genre, vous l’avez compris. Je vous concède toutefois que 58 minutes, c’est un peu long. Mais Psychotic Waltz reste énorme.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Deuxième rencontre avec les ricain de Protest The Hero pour votre serviteur. Dès les premières notes, pas de surprise, je les retrouve là où je les avais laissés à la fin de « Fortress » ; toujours ce mélange entre moderne et ancien, cette empreinte techno-thrash à la Psychotic Waltz. Pour ceux…
    Tags: the, metal, reste, genre, se
  • 10000
    Le stoner et le sludge ont le vent en poupe, et on ne va pas s'en plaindre. Pour autant, voir débarquer un nouveau disque du genre tous les 3 matins, j'ai bien peur que ça devienne lassant à force. Vous me direz ; "rien ne t'oblige à les écouter, dugland…
    Tags: ne, se, me, cas, bien, on, rock
  • 10000
    Là, je suis scié. Scié que ce soit Relapse qui m'envoie dans les esgourdes un combo de la teneur musicale de Pinkish Black. Car de metal, il n'en est pas vraiment question sur ce troisième album du duo. Certes, la musique du combo est assez sombre, et on perçoit ça…
    Tags: combo, question, bien, metal, disque, plus, on, rock, the, soit
  • 10000
    J'ai connu les australiens d'Alchemist grâce à monsieur Relapse records qui en 2003 m'a gentiment envoyé leur cinquième album, "Austral Alien". Un disque qui à l'époque m'avait fait forte impression, et où j'avais pu découvrir une formation expérimentée, sûre d'elle, aventureuse et à la personnalité hors du commun. Quatre ans…
    Tags: plus, metal
  • 10000
    Cinquième album des australiens et premier parvenant à mes oreilles, cet "Austral Alien" vaut largement que l'on s'y arrête. Mixture réussie de thrash, progressif, rock psychédélique et influences diverses (jazz ?, world ?, hardcore ?), Alchemist impressionne et séduit, de l'artwork (proprement superbe) au "Letter To The Future" final, mea…
    Tags: plus, c'est, album

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *