GOBLIN REBIRTH : Eponyme

goblinrebirth_2015

Le qualificatif de « légende » est souvent galvaudé. Mais là, mes amis, on est en plein dedans. Car comme son nom l’indique, Goblin Rebirth n’est ni plus ni moins que la version 2.0 de Goblin, combo italien progressif surtout réputé pour avoir composé des bandes originales de film d’horreur d’anthologie, « Tenebre », « Suspiria » et « Zombi » en tête. Un groupe adulé par toute une génération, souvent copié mais rarement égalé. Aujourd’hui, soit 10 ans après leur dernière reformation qui avait tourné court, les revoilà avec un vingt-troisième album qui sort sur un label metal, et non des moindres. Pourtant, la musique de Goblin n’a pas bougé d’un iota. Et c’est bien là où le bas blesse. Capable du meilleur comme du plus téléphoné, le groupe opère ici une espèce de bilan musical de toute sa carrière. On y trouve donc des titres très cinématographiques et lugubres, des morceaux plus groovy et d’autres typiquement rock progressif. Ce sont d’ailleurs ces derniers qui posent problème. Car le combo n’a hélas pas vraiment mis à jour ses méthodes et ses sonorités. Tout est fait pour que les nostalgiques hurlent à la lune, et Goblin ne se cache même pas de regarder dans le rétroviseur (« Back in 74 »). Bien sûr, ça ne suffira pas à faire de ce retour un indispensable de la discographie du groupe ; tout au plus s’agit-il d’un plaisir passager, un clin d’oeil cajoleur. Mais pour le coup de cœur, on repassera. Peut-être la prochaine fois ?

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Lunatic Soul est le projet solo de Mariusz Duda, ci-devant chanteur et de Riverside. Et pour ceux qui, comme moi, ne connaîtraient pas Riverside, sachez qu'il s'agit d'un combo polonais de metal progressif. On a donc toutes les chances de se trouver ici en présence de musique peu encline aux…
  • 10000
    On s'arrange comme on peut ou comme on veut avec sa conscience. Moi, par exemple, j'ai toujours eu horreur des comédies musicales. Peu importe leur couleur musicale, leur thème, dès que ça danse et ça chante, je me barre en courant. Alors ce projet québecquois, je vais essayer de le…
  • 10000
    Iq ou la preuve de mon inconstance. Découvert grâce au très bon "Are you sitting comfortably ?" de 1989 un chouilla plus tard, j'ai totalement zappé le groupe et sa discographie fournie par la suite, malgré un détour vers "Tales from the lush attic" et "The wake". Il faut dire…
  • 10000
    Diptic, c'est l'aventure de deux hommes, l'un auteur et l'autre compositeur, qui se rencontrent sur Lille en 2004 et ambitionnent de faire une musique où profondeur et virtuosité iraient de pair. Très vite, le groupe intègre une chanteuse et oriente sa musique vers un compromis entre metal et rock, avec…
  • 10000
    Attention osni ! Corde Oblique, formation transalpine jusqu'alors inconnue, atterrit aujourd'hui dans le lecteur de ma chaîne hi-fi avec son mélange étrange entre musique médiévale, dark folk et rock progressif. Alternant entre chant masculin et féminin, italien et anglais, Corde Oblique fait tout pour déstabiliser son auditoire. Le déstabiliser oui,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *