MONOLORD : Rust

Monolord n’a pas chômé depuis sa formation en 2013. « Rust » est son troisième disque, et le combo s’est déjà taillé une jolie petite réputation dans le milieu. Celle d’une formation sur laquelle il faut compter, tout simplement. Pourquoi ? Parce que Monolord a une personnalité, un son.

Un son à planter des voitures dans le sable, littéralement. Lourds, lents, rongés de fuzz, mais toujours axés sur les mélodies, ses titres ne prennent certes jamais au dépourvu l’auditeur, qui sait très bien ce qu’il vient y chercher, mais lui lustrent les poils à la graisse à moteur comme peu d’autres savent le faire. Alors oui, « Rust » sait où il va, et on le sait aussi en montant à bord, et finalement si le voyage prend volontiers des airs de road movie de routiers de l’enfer, on est bien conscients d’être à bord d’un monstre aux roues tellement démesurées qu’on ne ressent jamais les cahots de la route. Pas de surprise donc, mais pas de déception non plus. Chaque titre fait mouche ; riffs surgras, voix heavy planant entre Neptune et Pluton, refrains imparables… Et puis paf, on perçoit tout de même une inclinaison rock plus prononcée, on apprécie l’orgue de « Rust », on se demande si Monolord a abusé de My Dying Bride avec « Wormland »… Bon, ok, ça ne relève pas vraiment de la révolution sonore, mais ça justifie quand même une fois de plus qu’on succombe sans mal à cet album d’une puissance et d’une intelligence bluffantes, qui se paie le culot de terminer par un titre-fleuve de presque 16 minutes (« At niceae ») carrément excellent.

Site officiel

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Lee Dorrian a attendu son heure des années durant, peaufinant son heavy doom metal dans la pénombre, se créant une tonne de contacts dans le genre, s’en faisant l’un des principaux promoteurs. Aujourd’hui, son travail acharné paie, puisque le genre a le vent en poupe, aidé notamment par quelques bandes…
  • 10000
    Je ne connaissais pas ce groupe britannique auparavant. Et pourtant, il n'a pas été particulièrement discret depuis sa création en 2009, puisque « The night creeper » est son quatrième album. Difficile à dire en l'écoutant. Non, pas qu'il s'agit du quatrième, mais qu'il s'agit d'un groupe si jeune ! Uncle Acid est…
  • 10000
    Je suis passé à côté de Drenge et de leur premier album en 2013. Et je serais passé à côté de celui-ci si on ne me l'avait pas glissé dans la playlist. Pourtant, si « Undertow » a clairement un profil indé avec son rock alternatif guitare – batterie – voix, il…
  • 10000
    Deuxième album pour les doomsters traditionalistes de Pilgrim, jeune groupe new yorkais vouant un culte au grand cornu et à Black Sabbath. Mais là où un Cathedral restait sourd aux évolutions subies par le genre lancé par la maison-mère, les petits gars de Pilgrim, eux, n'hésitent pas à intégrer du…
  • 10000
    Nous sommes en 2014 à San Francisco. Toute la ville est envahie par les hipsters et les poseurs. Toute ? Non, car un petit groupe d'individus résiste aux différentes modes musicales pour se consacrer au heavy metal. Mais attention, pas de dragons et de magiciens ici, on est plutôt en…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *