IDEM NEVI : Carmelites

La techno fait partie des genres clairement sous-représentés sur Adopte Un Disque. Pas pour une question de lectorat ; je vous pense tous suffisamment ouverts pour savoir apprécier l’ensemble de ce qui est proposé ici. Pas non plus par manque d’intérêt : j’ai toujours été sensible aux sonorités électroniques. En fait, c’est juste par manque d’opportunités. Aujourd’hui, le label Chill Masters me fait part de la sortie de ce premier album de l’artiste français Idem Nevi, et je décide de m’y aventurer sans rien en connaître. « Carmelites », donc, en référence au club où l’artiste toulousain rencontre ce qui sera son label. Ce premier opus fait suite à un ep composé et produit sans grande expérience. Et ça pourrait faire peur. Mais c’est sans compter la passion dévorante de Mehdi pour le genre, ses influences disparates (il a été bercé par le bon gros rock), et ses goûts plutôt indé en la matière. Nous voici donc face à un programme plutôt copieux constitué de dix titres qui se répondent et se complètent sans pour autant se copier. Assez sombres et lancinants, ils pourraient évoquer un Terence Fixmer plus ambiant, un Teenage Bad Girl moins acide. Pas très dancefloor bien qu’assez obsédante, la techno du toulousain utilise le rythme pour magnifier les ambiances, et les distille au sein de longs titres progressifs chargés de mélodies sinueuses. Tout ça fonctionne parfaitement bien, et c’est avec plaisir qu’on remettra « Carmelites » sur la platine. Bien joué !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    La France a eu Justice et les Crystal Castles, l'Italie a les Bloody Beetroots. Pour celles et ceux qui n'auraient pas encore compris de quoi il s'agit, c'est d'electro-punk dont on cause ici. Moins crade et plus travaillé mais tout aussi percutant, et surtout bien souvent plus malsain, à l'image…
  • 10000
    « Hades » avait mis le toulousain Mondkopf sur la voie d'un dark techno industriel oppressant et très atmosphérique. Qui a prêté l'attention qu'il méritait à ce disque ne sera donc pas désarçonné à l'écoute de ce cinquième album. Car si les 6 titres qui le composent sont des déclinaisons d'un même…
  • 10000
    Pour ce deuxième album, l'allemand Kuedo avoue s'être grandement inspiré des musiques de film. En découle des titres où l'électronique se confronte au brouillard mystérieux d'un Twin Peaks. « Slow knife » porte bien son nom ; une menace implacable y fait son chemin de façon très cruelle, lentement mais sûrement. Elle ne…
  • 10000
    Paul Fleming décrit sa musique comme un croisement entre Daft Punk et Joy Division. Drôle de comparaison. Au sujet du projet Baltic Fleet, on peut aussi entendre des noms comme Brian Eno, ou toute la frange du kraut rock. La vérité, c'est que ce qu'on peut trouver dans « The dear…
  • 10000
    Ital Tek est l'un des noms importants du dubstep. Je pense que c'est assez important de vous le dire, parce qu'à l'écoute de ce cinquième album, on ne saurait pas le dire. C'est peu de dire que « Hollowed » est éloigné des explosions de rythme et des ambiances adolescentes qu'on associe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *