MASTODON : The Hunter

mastodon hunter

Mastodon est et restera dans l’esprit de beaucoup ceux qui ont assis toute la scène metal avec leur énorme « Leviathan », qui mariait une grande partie des genres extrêmes à des influences sudistes voir stoner. Un album incontournable, très original et créatif, qui ravivera le sludge et fera naître de nombreuses vocations. Et puis, tout doucement, le groupe s’en est éloigné, a évolué en intégrant un peu plus de rock à son metal. Ce qui aboutit logiquement à nous livrer une œuvre de la trempe de « The Hunter ». Soit un stoner metal où le hardcore et le death ont quasiment disparu. Vous me direz, il reste un peu de thrash non ? Bah oui quand même, on va pas nous priver de tout d’un coup d’un seul. Par contre, niveau originalité et folie psyché, on reste un peu sur notre faim aussi. Oh, ne vous méprenez pas ; ce sixième opus des américains est très bon. Voix travaillées, production puissante et ronde, et présence de vrais tubes (« Curl Of The Burl », « All The Heavy Lifting », « Dry Bone Valley »). Pourtant, il a aussi des défauts : titres un peu faiblards (« Octopus Has No Friends », « Thickening »), quelques passages un peu trop faciles, et l’impression générale que le grain du groupe s’est perdu dans le sac de café d’El Gringo. Oui, ce disque va marcher, il est presque programmé pour, lissé ; c’est le reproche principal qu’on peut lui faire. De là à dire que le groupe s’est vendu, il y a un pas que je ne franchirai pas ; il reste suffisamment de génie à Mastodon pour proposer des titres excellents en respectant leurs influences et leurs envies, en multipliant (quand même) les ambiances, et en finissant par un titre magnifique et puissant qui donne immédiatement envie de se replonger dans le disque pour en dénicher d’autres perles (« The Sparrow »). 

Paroles de l’album

Site officiel

Mastodon : Dry bone valley

Related Posts

  • 77
    Les Marseillais de Dagoba sont sur une pente ascendante depuis un bon petit paquet d'années, et font tout pour rester sur le devant de la scène, s'imposant un rythme de croisière, une qualité compositive et une puissance rares. Bon, certes, la recette bouge peu ou pas du tout (ici, un…
    Tags: de, un, à
  • 75
    A vrai dire, je ne pensais pas pouvoir jouir de nouveau du black metal occulte de ces grecs, sans nouvelles d’eux depuis 11 ans ( !) et leur album « The Mystic Path To The Neverworld », pas révolutionnaire, moins bien foutu que ceux de ses voisins de Necromantia, mais assez sympathique quand…
    Tags: de, the, un, à
  • 74
    Alors là, je suis ébaubi. Car mes amis, je vous le donne en mille, The Vision Bleak n'est rien de moins que la suite des pérégrinations de ces bougres de petits galufiats d'Empyrium. Mais diantre, me direz-vous, nous ne connaissons ces énergumènes ni d'Eve ni d'Adam ? Sachez donc que…
    Tags: de, à, un, the
  • 73
    Inutile de vous abreuver de références ici : dans un univers où la Lune a été perdue, on avance forcément dans le noir. Le groupe lillois oeuvre certes dans un périmètre clairement délimité, mais a pris soin de mettre en route la machine à fumée, histoire de brouiller un peu…
    Tags: de, un, à, groupe
  • 73
    Nombreux l'ignorent, mais Israël est la terre d'accueil d'un des 50 meilleurs groupes de metal de ces dernières années ; Orphaned Land. Six ans après « Mabool », le groupe revient nous abreuver de son metal oriental riche en messages d'espoir et d'appels à la paix. Ce qui ne transparaîtra pas forcément…
    Tags: de, metal, groupe, un, à, the

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *