KOUDLAM : Benidorm dream

Koudlam_BenidormDream

En matière de créativité débridée, j’aime à dire que le metal est roi. Mais je dois reconnaître que la musique électronique n’est pas en reste. S’il était encore besoin de le prouver, le français Koudlam débarque aujourd’hui avec un « Benidorm dream » mi-goguenard, mi-flippant, mi-comateux (3 demis, ouais, j’vous avais prévenu qu’on était dans la créativité). Un disque qui déstabilise, qui interroge, qui accroche et repousse, et qui surtout navigue à vue, faisant le choix de ne pas choisir, se voulant un film musical plus qu’un tout cohérent. Hardcore, ambiant, dance, transe, electronica, electro-pop, tout y passe. Pour la petite histoire, ce disque est en fait un concept-album, s’inspirant des quelques mois passés dans la cité balnéaire de Benidorm (en Espagne) par le maître à bord. La vie nocturne, les excès, les conséquences, la folie, le dur retour à la réalité, les montées hystériques, les descentes vertigineuses, le troisième dessous auto-destructeur, rien ne nous est épargné. Plus que copieux, « Benidorm dream » demandera assurément plusieurs écoutes pour être apprécié dans son ensemble, même si certaines pièces sont assez immédiates : on pense à « Negative creep » et sa gabber suicidaire, « Benidorm dream » et son electro-pop rappelant les Midnight Juggernauts, entre psychédélisme electro-pop et mélopée electro-goth. Bien que les autres soient plutôt réussis, ils restent des pièces illustratives, des parties d’un tout indisociable. « Benidorm dream » est un disque assez passionnant de par son parti-pris difficile et ses imperfections.

Site officiel

Koudlam : Negative creep

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *