INANIMATE EXISTENCE : The masquerade

Les américains de Inanimate Existence traînent en territoire death metal progressif depuis 2012. Avant « The masquerade », le groupe a produit déjà une pelletée d’albums qui n’ont pas forcément réussi à passer l’océan. Il faut dire que le combo a fait des choix particuliers pour son style, et ne vas pas toujours dans le sens du vent. Son death progressif est à haute teneur atmosphérique, a conservé la brutalité d’un timbre death très grave sans aucune voix claire, et ne joue pas la carte de l’hyper-rapidité ; en fait, il n’hésite pas à rester dans le mid-tempo. Ce qui contribue à donner à l’ensemble une coloration old school que les initiés apprécieront. Comme d’habitude, le travail des guitares est très abouti (les soli sont superbes, les rythmiques affûtées), mais je dois dire que celui des synthés est très intéressant également ; ils contribuent à l’implantation d’un climat d’insécurité, le sentiment d’être projeté dans un autre monde. La basse est elle aussi un véritable caméléon, se fondant dans la masse au besoin ou au contraire revenant sur le devant de la scène pour se montrer (pas assez à mon goût d’ailleurs). Le travail du batteur sera également salué, puisqu’il faut une certaine technique pour s’adapter à chaque moment des huit titres qui composent ce disque impétueux. Le morceau-titre, par exemple, est assez impressionnant. Il est à noter que les titres étant assez courts, on souffre moins de l’impression de redondance des riffs, et les quarante minutes de l’album passent sans problème. On s’habitue petit à petit aux structures un peu alambiquées du groupe – sa marque de fabrique – et finalement on se dit qu’on a déniché un groupe à la personnalité très affirmée.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Au chant, Michael Stanne de Dark Tranquillity. Derrière lui, des gens croisés chez Tiamat et Katatonia ; qu’il le veuille ou non, Grand Cadaver a une bonne gueule de dream team du metal scandinave. Et au service de quel style avant-gardiste et progressif il met tout ça ? « Disanimated » va assez vite…
    Tags: death, metal, titres, a, the, ne, contraire, déjà, disque, l'album
  • 10000
    Ce n'est pas ma première rencontre avec Cattle Decapitation. Donc je sais déjà que ces mecs sont géniaux, et qu'en lançant l'écoute d'un de leurs albums, il faut que je m'attende à tout sauf à ce que je pensais y trouver. Enfin, dans une certaine mesure. Je sais que je…
    Tags: ne, death, metal, travail, faut, disque, aux, monde, l'album, paroles
  • 10000
    Oh non, encore un groupe de death progressif ? Oui, c'est vrai, Wrath Of The Nebula en respecte bien le cahier des charges, et déploie même un thème science-fiction qui s'y rapporte : celle d'une race extraterrestre géante qui a créé la vie sur terre il y a des millions d'années avant…
    Tags: the, disque, a, death, progressif, metal, hard, dynamique, post-format-image, jeune
  • 10000
    Formé en 2008 (sous un autre nom), le combo américain Alustrium sort ici son troisième album seulement. Des gens qui aiment prendre leur temps donc, ce qui peut être assez pénalisant dans le genre qui leur est cher, à savoir le death metal. Sauf que Alustrium ne donne pas dans…
    Tags: death, ne, a, assez, titres, on, forcément, donner, instagram, facebook
  • 10000
    En 2014, la légende du death progressif batave Phlebotomized teasait son retour avec la réédition conjointe des deux albums ayant fait sa renommée. J’applaudissais des deux mains. En 2018, le groupe sortait un nouvel album salué par la critique. Je passais à côté. En 2021, soucieux de ne pas se…
    Tags: on, ne, claire, groupe, death, metal, progressif, amour, fort, durable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.