HOPE DRONE : Cloak of ash

hopedrone_cloakofash

Et allez, encore un groupe qui prend comme base le black metal le plus violent et lui adjoint les services de mélodies désespérées, passages ambiancés, lourdeurs pachydermiques sludge et autres photos dans la forêt ! J’ai l’air de me plaindre, je sais, mais je suis un peu sainte nitouche sur ce coup-là ; ce renouveau du genre, même s’il a tout l’air d’une mode et que de nombreux groupes en partagent ce qui se rapproche de codes, me fait plaisir. Parce que, simplement, le black metal est un matériau de base que j’aime, et que je reste convaincu que cette expression viscérale et pure de la haine peut apporter beaucoup aux genres attenants, et constituer un socle solide pour toute évolution future. « Cloak of ash », donc. Premier album d’un quatuor australien au patronyme assez original et inhabituel, il s’avère à la fois extrêmement intelligent et prenant et assez vain. Vain car, c’est vrai, pas mal de choses ici présentes ont déjà été dites, faites, digérées, par un autre représentant de ce sous-genre, ensemble ou séparément, par d’autres groupes d’autres sous-genres. Oui, mais pour la bonne raison que ce premier album est très très réussi, présentant un dosage idéal entre ses différentes composantes, alignant les riffs classiques, enchaînant les passages échevelés à haute teneur en émotion libératrice, écrasant son auditeur sous un flot de décibels cathartiques. Éreintant, ce disque est comme le veut la « nouvelle tradition » sous-produit, façon raw black. Un genre dont il tient d’ailleurs beaucoup, plus que de la partie atmosphérique. Mais peu importe la couleur dominante ; bordel ce que c’est bon !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Bong. Ce nom, déjà ! Bong est un groupe anglais qui comme son nom l'indique, pratique une musique plus que nébuleuse. Il s'agit en fait d'un mélange entre drone, doom et ambiant. Ce nouvel album, le septième du groupe, est composé de 2 titres, pour une durée de 35mn. Planants, lourds,…
  • 10000
    Oh hé dis-donc, qu'est-ce que c'est que cette affaire ? Peuvent pas nous sortir des disques faciles à classer chez Relapse ? Non mais alors, regardez-les ces allemands de Serpent Eater ! Un nom et une pochette qui fleure bon le doom, et tac, c'est du black qui déboule. Oui,…
  • 10000
    Premier contact avec le one-man band américain Panopticon pour moi. Je dois avouer que j'ai toujours une certaine appréhension à écouter un disque de black metal américain ; pour moi, nos voisins d'outre-atlantique ont toujours eu du mal à saisir l'essence du style, l'appréhendant trop souvent au travers d'un prisme…
  • 10000
    Ah, ouais. Le black metal a grandi, quand même, depuis que j'en écoute... Oh, oui, je l'avais déjà remarqué, mais là, là, c'est plus qu'un constat, c'est une réalité d'une blancheur aveuglante. Glaciation est ce qu'on peut appeler un all-star band, pour peu qu'on puisse utiliser ce terme pour une…
  • 10000
    Quand on m'a parlé d'un nouveau groupe français qui se complaisait dans un post black metal de qualité et en langue française, ça m'a titillé. Je devais donc me procurer ce premier album de Vehementer Nos pour m'assurer de la véracité de ces propos anonymes. Après l'écoute de ces cinq…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *