PUBLIC ENEMY : Man plans god laughs

PublicEnemy_ManPlansGodLaughs

Revoilà Chuck D et Flavor Flav pour un treizième round qui, on s’en doute, ne manquera encore une fois pas de coup de pieds dans la fourmilière de l’establishment ricain et de la bienséance d’apparat. On retrouve ici des éléments déjà aperçu par le passé, bien sûr – et c’est tant mieux. Mais « Man plans god laughs », s’il ne trahit aucunement les racines musicales du posse, s’autorise tout de même pas mal de modernisme dans les sonorités et productions. Mais surtout, on sent que le groupe prend plaisir à varier les ambiances et adapter (ou pas) son flow en conséquence. Oui, Public Enemy a moins à prouver et à revendiquer aujourd’hui qu’à l’époque de « Fear of a black planet ». Et il a bien raison de prendre la liberté de s’amuser avec son art, et de se reposer un peu sur ses lauriers. Mais ça se signifie aucunement que ce nouvel album au titre faussement misanthrope ait quoi que ce soit à se reprocher. Car ce disque montre un groupe au mieux de sa forme, mettant ses rimes au service d’une efficacité retrouvée, d’une belle osmose entre le fond et la forme. Et en même temps, heureusement qu’il est bon, ce disque, parce qu’avec seulement 27 minutes au compteur, la moindre des choses c’est de ne pas être arnaqué sur la marchandise !

Paroles de l’album

Site officiel

Public Enemy : No sympathy for the devil

Public Enemy : Man plans god laughs

Related Posts

  • 10000
    C'est dingue ça, pas une seule chronique de Cannibal Ox dans ces pages ? Voilà un affront au hip-hop indé qu'il faut laver au plus vite ! Pour ceux qui n'auraient pas eu l'occasion d'écouter leur premier chef d'oeuvre « The cold vein », sachez qu'il s'agissait probablement d'une des plus belles réussites hip-hop…
  • 10000
    Fin 2014, retour en force pour le Wu-Tang Clan avec un nouvel album du collectif et, juste derrière, un nouvel album d'un de ses éminents membres, Ghostface Killah. Bon, pour tout vous dire, ça fait un bon moment que je n'ai plus eu l'occasion d'écouter une rime du bonhomme. Quasiment…
  • 10000
    Impossible d'écouter tout ce qui sort : je suis donc passé totalement à côté du premier Run The Jewels, projet que j'aurai pourtant du pister puisque j'aime généralement tout ce que peut proposer El-P. D'autant plus que ce nouveau-né indie rap pourrait aussi me permettre de combler mes lacunes :…
  • 10000
    Occuppant une place à part dans le milieu hip-hop indé américain, autant par sa propension à proposer des pièces instrumentales assez tordues, porteuses de guerres intestines entre plusieurs genres musicaux affectionnés par l'artiste (jazz, abstract hip-hop, electro, rock indé), que par un phrasé pouvant s'avérer cool, chanté ou d'une rapidité…
  • 10000
    Je ne vais pas bouder mon plaisir ; trouver un artiste hip-hop original et ricain, c'est rare et d'autant plus appréciable. Sadistik, donc, est un (autre) jeune blanc-bec qui chante son mal-être au travers d'un hip-hop electro volontiers sombre et mid-tempo. Le flow du bonhomme fluctue entre cool et rapide,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *