FEWS : Means

fews_means

Jeune groupe anglais formé par tout sauf des anglais, Fews a bien vite été signé par Pias et sort aujourd’hui son premier album de post punk. Un beau début de carrière qui laisse envisager certaines qualités. Et lorsque « I.D. » démarre, j’y vois certes un titre très classique dans le son et la forme (bien qu’entièrement instrumental), mais effectivement très bon. La suite étant du même acabit, deux questions en apparente contradiction s’imposent ;

1/ quel est le secret du groupe pour créer dans un genre aux codes hyper étouffants, et très respectés sur « Means » ?

2/ pourquoi avoir signé un groupe ne proposant « que » du post punk classique et efficace dans un monde qui en compte déjà pas mal ?

Deux questions pour lesquelles je n’obtiendrais probablement jamais de réponses, et qui continueront donc de me hanter jusqu’à… oh, non, attendez ; je m’en fous. Mais le fond de l’affaire reste intact : oui, « Means » est un très bon disque, mais Fews se contente un peu trop de respecter les règles là où on aimerait parfois qu’il les violente. Oh, oui, la voix est un peu plus aérienne, mais le reste est tout à fait ce qu’on est en droit d’attendre d’un disque du genre. On est donc ni déçu ni surpris ! Est-ce un bon calcul ? L’avenir nous le dira !

Site officiel

Fews : The zoo

Fews : 100 goosebumps

Related Posts

  • 10000
    Avec un nom comme ça, je ne m'attendais pas vraiment, tout en étant bien au courant que j'avançais en territoire emocore, à un bon gros riffs d'entrée et des influences punk / hardcore aussi marquées. Ben oui, neuneu, c'est parce que c'est du screamo, entends-je au fond. Bah oui, du…
  • 10000
    Le son des écossais de We Were Promised Jetpacks était apparemment très typé grunge sur l'avant "Unravelling". Le changement est on ne peut plus notable sur ce troisième album, très axé indie rock, mais dont toute vélléité bruitiste a quasiment disparu. "Unravelling" varie les ambiances tout en restant dans un…
  • 10000
    Un titre sympa, une pochette à la fois énigmatique et très révélatrice, puisqu'on y dénote des influences garage et psyché, il n'en faut parfois pas plus pour avoir envie de découvrir un disque. The Ukiah Drag, donc, est un groupe floridien qui sort ici son premier album, soit sept titres…
  • 10000
    Formé en 2012, Daisyhead est un quatuor de Nashville, Tennessee, qualifié d'emo / punk / post hardcore. Pas très excitant, tout ça. Pourquoi je me suis engagé là-dedans ? Bah, à vrai dire, je ne sais plus trop. Désœuvrement, envie de changement, recommandation ? Mais en découvrant « Defenseless », le premier titre de…
  • 10000
    Après Interpol, nous gratifierait-on d’un nouveau chef d’œuvre mélancolique et prenant ses racines dans la cold wave des 80’s ? C’est du moins ce que laisse croire « Olio » qui introduit ce deuxième album des New Yorkais d’adoption de The Rapture. Par la suite, les choses se compliquent un…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *