EAGULLS : Ullages

EAGULLS_Ullages_1500x1500_72dpi_2048x2048

Eagulls est anglais et s’est apparemment nourri de cold wave. Je n’ai pas eu l’occasion de découvrir leur premier album, mais dès les premières mesures de la superbe « Heads or trails », je suis transporté. Et vous qui avez aimé le désespoir glacé de The Cure seriez bien avisés d’y prêter une oreille attentive. Certains vous parleront aussi des Smiths, de Joy Division, que sais-je encore. Bref, vous avez cerné l’époque et l’ambiance. Inutile donc de chercher la moindre trace de trap ou de dubstep ici ; les anglais ne sont pas du tout dans ce délire. En revanche, si vous cherchez du post punk épique et habité, qui s’inspire sans pour autant singer, vous allez être servis. Ce deuxième album apparemment plus tempéré que son prédécesseur (pas encore écouté, mais ça ne saurait tarder) s’avère tout de même grandement addictif. Chaque titre a ce petit quelque chose qui lui confère un charme particulier, qui lui permet d’appeler à la redécouverte. Bon, il faut dire que cette voix quand même très « Robert Smith jeune » y joue un rôle déterminant. Mais si le chant de George Mitchell occupe le devant de la scène, il ne faut surtout pas occulter une basse délicieusement groovy, une batterie caméléon souvent impressionnante de maîtrise et de précision, et ces guitares acidulées qui caressent et égratignent en même temps ! « Ullages » est une énorme réussite, et installe Eagulls sur le podium du revival post-punk !

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Nouvelle émanation de la renaissance post-punk / cold wave, Cold Showers revient avec un deuxième album qui ressemble plus à un ep, du haut de ses maigrelets 8 titres et 29 minutes. « She hangs on » entame la marche, introduisant petit à petit tous les ingrédients (attendus) du genre ; nappes de…
  • 10000
    Plutôt décrié, « In this light and on this evening » m'avait pour ma part assez plu dans son ambition de ressusciter la cold wave. Sa suite directe, qui opérait un volte-face gênant, m'avait moins emballé, et je m'abstins même d'en parler ici, faute de temps et d'envie. Alors ce « In dream »,…
  • 10000
    Moi, un truc qui est décrit comme le « Pornography » de The Cure réactualisé et joué par un français avec un esprit grunge, je n'y peux rien, ça m'excite. Heureusement, parce que cette pochette mi-jacky mi-ringarde n'incite pas forcément le quidam à pousser sa curiosité plus loin. Et pourtant, ces sept…
  • 10000
    J'ai, sans le savoir et comme une foule de gens, geek ou pas, découvert la musique des angelinos de Health en 2012 avec leur titre « Tears » sur la bande originale du (très bon) jeu Max Payne 3. Sauf que je n'ai pas vraiment cherché à en savoir plus, l'expérience ludique…
  • 10000
    Josephine Philip et Ina Lindgreen sont deux filles de Copenhague qui aiment la musique, et ont décidé d'en faire en duo après une rencontre au sein d'un groupe de ska. Voici des infos capitales dont on se fout complètement pour appréhender correctement « Dance and cry », le deuxième album des dames.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *