DEAR STRANGE : Lonely heroes

dearstrange_lonelyheroes

Dear Strange est un duo mixte allemand qui nous vient de la riante cité de Berlin, et qualifie sa musique de « prism wave ». Pfff. Qu’est-ce qu’on inventerait pas pour se démarquer des petits copains, hein ! Nan, parce que Dear Strange, c’est ni plus ni moins qu’un electro goth un poil plus subtil, et puis c’est marre. Attendez, vous barrez pas comme ça ! Bon, d’accord, mais pas tous alors. Parce que, bon, ok, ils se foutent un peu de notre gueule en camouflant la vérité, mais ces jeunes se débrouillent pas trop mal. « The unicorn » introduit un groupe très à l’aise avec l’electro, s’en servant pour amener ses pop songs sombres déjà entendues dans une dimension plus moderne. Et si « Lonely heroes », qui se la joue un poil trop « Fade to grey » avec son texte en français un peu (beaucoup?) craignos et sa mélodie pas évidente ne marche pas vraiment, on repart vite du bon pied avec un « Dystopia » plus dansant et entêtant. « I can see through this » suit la même voie, là où « Licht » reprend la langue maternelle pour un résultat plus mitigé à tous niveaux. « Strangers as we are » se montre hélas encore plus poussif. Ou alors c’est juste la répétition qui fait son travail de sappe ? La suite nous confirme cette hypothèse : le groupe a une sale tendance à jouer tout le temps des mêmes effets. Les titres se suivent et se ressemblent, les intonations sont les mêmes, on devine que les thèmes ne sont pas très originaux non plus… C’est dommage, parce que Dear Strange a des qualités. Sur-exploitées, insuffisantes, au service d’un style limité par essence, mais des qualités quand même. Avec pas mal de taf et de bons conseils, ils pourraient bien nous surprendre sur un prochain disque. Enfin, si on se souvient d’eux d’ici-là.

Site officiel

Dear Strange : I can see through this

Related Posts

  • 10000
    Sixième album du groupe canadien d'electro-goth The Birthday Massacre, "Superstition" comporte tous les éléments requis pour en faire un succès ; des titres courts, une voix féminine charmante, des riffs metalloïdes gothiques très soft et hyper mélodiques, des rythmiques et ambiances electro-goth ni trop dansantes ni très pointues... Le contenu…
  • 10000
    Je ne sais pas pourquoi je ne rencontre la vénéneuse Chelsea Wolfe qu'aujourd'hui, alors qu'elle sort son cinquième album. Je veux bien que son rock gothique vénéneux teinté de noise, de métal, de folk et d'éléments atmosphériques ne soit pas la musique la plus médiatisée au monde, mais quand même,…
  • 10000
    Bon. D'abord, un blaze pareil, je peux vous dire que si joyau s'y cache, il faudra qu'il soit sacrément étincelant pour me le faire oublier. Play. « Wurds » commence le voyage en mode minimaliste. Un souffle électronique, des tintements japonisants fleurant bon les eighties, le chant débarque, doublé, paf, en plein…
  • 10000
    Josephine Philip et Ina Lindgreen sont deux filles de Copenhague qui aiment la musique, et ont décidé d'en faire en duo après une rencontre au sein d'un groupe de ska. Voici des infos capitales dont on se fout complètement pour appréhender correctement « Dance and cry », le deuxième album des dames.…
  • 10000
    Deuxième album pour ce trio de Detroit. La pochette rappele un peu le côté goth à deux balles d'une Zola Jesus, mais heureusement, le contenu n'a rien à voir. Goth par contre, là on est en plein dedans. La voix, le son des guitares, la batterie étouffée, l'ambiance cold wave…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *