BE’LAKOR : Coherence

Avec son nom et sa graphie qui évoque plus volontiers les lacs du Connemara que le bush, Be’Lakor a été, à son arrivée sur le marché du death mélodique, une petite surprise. Depuis, les australiens se sont imposés comme une valeur sûr d’un death metal musclé mais très centré sur la mélodie, avec des affinités avec le dark et le doom, moderne et structuré. Ce cinquième album continue sur la lancée du groupe, et propose une bonne heure de musique sombre et changeante, qu’on pourrait facilement qualifier de progressive, avec cependant des vocaux bien gutturaux (pas de chant clair ici) qui ne permettront pas de confondre le groupe avec une formation de prog metal lambda. Non, à l’écoute de n’importe quel titre ou presque (il faut mettre de côté les interludes et intros, bien sûr), on comprend que la matière première est bien death. Le groupe est d’ailleurs ici globalement plus véhément que sur « Vessels ». On comprend aussi, si ce n’était déjà le cas, que la période assez longue (cinq ans) qui sépare les deux albums a été mise à profit, comme d’habitude, pour parfaire les titres et fournir le travail le plus qualitatif possible. De fait, il sera difficile de faire un reproche aux pistes de ce disque. Trop longues ? Peut-être, mais les multiples changements de rythmes et d’ambiances font que le temps ne semble pas du tout interminable, bien au contraire. Objectivement, le titre de l’album est ce qui caractérise le mieux la musique de Be’Lakor ; la cohérence habite chaque titre, chaque enchaînement. Tout semble logique, et la personnalité du groupe est évidente, et n’évoque pas, c’est bienvenu, l’école scandinave, ni d’ailleurs l’américaine. Alors « Coherence » sera-t-il l’album de la reconnaissance pour Be’lakor, qui n’a pas vraiment profité d’un succès public jusqu’ici ? Ce serait en tout cas mérité.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Je serai bref : si vous ne connaissez pas Manes et que vous prétendez aimer ce qui est totalement hors cadre dans le metal, vous avez raté votre vie. Les norvégiens ont toujours sorti des albums exceptionnels à la croisée des chemins du post metal, de l’electro, d’une forme abstraite de…
    Tags: plus, d, ne, metal, on, n, sûr, a, l, groupe
  • 10000
    Vous connaissez le deathcore ? Non, mais vous excitez pas hein, c’était une question rhétorique. Il faut dire, que je vous en fait bouffer, du deathcore. Et dites-vous bien que c’est le quart de ce que j’en ingurgite. Obliterate, donc, est un combo canadien qui nous gratifie ici d’un deuxième album…
    Tags: c, death, bien, côté, vraiment, l, assez, on, titres, presque
  • 10000
    Parfois, les biographies sont très informatives. Parfois, elles sont complètement superflues. C’est le cas pour celle de Kadaverdisciplin. Sans en lire une ligne, j’aurais pu supposer qu’il s’agissait d’un groupe suédois, dont les sujets de prédilection sont la mort, le chaos et la destruction, et dont les influences ont quelque…
    Tags: qu, death, assez, c, dark, d, se, a, faire, l
  • 10000
    Formé en 2008 (sous un autre nom), le combo américain Alustrium sort ici son troisième album seulement. Des gens qui aiment prendre leur temps donc, ce qui peut être assez pénalisant dans le genre qui leur est cher, à savoir le death metal. Sauf que Alustrium ne donne pas dans…
    Tags: death, ne, a, d, assez, titres, on, mélodique, n, bien
  • 10000
    Les suédois ont mis un peu plus longtemps que prévu à sortir ce nouvel album. Pour de multiples raisons probablement, dont la crise sanitaire, mais aussi la désertion de leur guitariste historique Niklas Sundin, parti se consacrer à Mitochondrial Sun à temps complet, et depuis remplacé par Johan Reinholdz (Skyfire,…
    Tags: se, groupe, chant, death, n, l, temps, d, bien, clair

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.