AND OCEANS : Cosmic world mother

Plus grand-chose ne m’étonne dans le business de la musique. Les groupes se séparent, se reforment, pour des motifs idiots ou valables, leurs membres vont et viennent, les styles pratiqués changeant au gré des saisons, des modes, des envies. Prenons le cas de …And Oceans. Le groupe finlandais, après quelques coups d’éclat, a disparu corps et bien en 2005, troquant son black metal atmosphérique / symphonique contre un black metal industriel plus moderne certes mais moins savoureux. La vie, tout ça, hein. Le voir re-débarquer en 2020, un nouveau vocaliste dans l’escarcelle et un style renouvelé en bandoulière est donc une surprise, mais pas un miracle. Ce nouvel album, le cinquième du groupe, verse donc toujours dans le black metal. Échappées les influences indus, estompés les passages trop atmo, freinées les accointances symphoniques, ravivée la virulence des premiers émois : c’est ainsi qu’il se décline. Alors oui, ce nouvel album brutal, intense, mélodique et moderne n’est peut-être pas ce qui se fait de plus original par les temps qui courent, ça, je peux le concevoir. Mais je ne pensais pas retrouver le groupe en telle forme après près de 20 ans d’absence. Loin de faire ringard, et pourtant inspiré de la frange historique la plus mélodiquement brutale, « Cosmic world mother » met dans le mille à tous les coups. Par contre, sa construction est un peu bizarre. En effet, sur les deux premiers titres, le groupe se la joue brutale, comme s’il voulait impressionner le chaland d’entrée. Puis, à partir du troisième, il se ravise et se met à aménager des passages plus orchestraux, atmo, mélodiques… Et c’est vraiment lorsqu’il mêle plusieurs de ces tendances qu’il obtient le meilleur résultat, car …And Oceans est doué pour tout. Bien sûr, j’aurais aimé qu’il insuffle un peu plus de folie là-dedans (j’ai l’impression que le groupe est devenu plus conformiste et plus sage ici), mais le combo est en tout cas parvenu à m’accrocher du début à la fin de ce retour-métamorphose.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Path of Destiny illustre avec son deuxième album l'importance d'une intro. Quand on est un jeune groupe de metal, qui plus est dans un genre très peuplé et codifié (ici, le metal extrême symphonique), on a que très peu de temps pour convaincre l'auditeur de poursuivre son voyage. Tout se…
    Tags: bien, metal, plus, se, ne, qu'il, dark, symphonique, black, album
  • 10000
    Bon, alors je ne sais pas quand on est autorisé à parler de supergroupe, d’autant plus en terre black metal. Mais en tout cas, Gardsghastr, avec son nom de médicament slovène, est formé de membres d’autres groupes du genre. Est-ce que ça a un intérêt, à part pour les connaisseurs…
    Tags: bien, ne, black, plus, metal, atmosphérique, symphonique
  • 10000
    Quand on jette un coup d’oeil, même rapide, à la pochette de ce premier album, on se doute bien qu’on va y trouver des influences orientales. Et lorsque le premier titre vient faire souffler sur nous le vent chaud du désert, on est pas que confortés, pas que rassurés, on…
    Tags: black, metal, world
  • 10000
    Moi, j’ai fait anglais première langue, et puis après j’ai enchaîné avec de l’espagnol et de l’italien. Alors là, pour moi, le nom de ce groupe ou ce titre album pourraient bien signifier « j’aime les panini brocoli-boulette d’avesnes », je n’y verrais que du feu. Bon, étant donné la teneur assez…
    Tags: bien, se, black, groupe, plus, ne, symphonique, cas, album, après
  • 10000
    Bon, là, j'avoue, je suis largué. Pour moi, Dawn Of Ashes, c'était (un autre) groupe américain qui s'employait à cannibaliser et recracher un electro-dark qui ne lui avait rien demandé. Mais ça, là, c'est bien loin d'être de l'electro-dark ou du metal indus ! Bon, je n'ai pas dit que c'était…
    Tags: plus, c'est, bien, cas, album, metal, groupe, ne, black, symphonique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.