ALICE MERTON : S.I.D.E.S.

En 2019, « Mint » créait la surprise par la propension de son autrice à passer d’un micro-style à un autre, au sein d’un univers dont on percevait assez rapidement les limites, mais qu’on acceptait tel quel devant ce qu’il est évident de considérer comme du talent de la part de la jeune femme. Du coup, pas vraiment de raison que ce deuxième album aille chasser ailleurs que sur les mêmes terres. Et quelles sont-elles ? Un mélange assez moderne et personnel entre pop, rock, electro pop, qui doit autant au mainstream qu’à l’indie. La voix de la jeune femme accompagne toujours les titres de façon nerveuse et énergique, avec son côté adolescent et faussement naïf. Les mélodies sont encore une fois assez simples mais les titres sont arrangés de façon assez maline pour que la plupart parviennent à titiller l’oreille et éviter l’impression de tourner en rond. Pas vraiment de hit immédiat et dansant à la « No roots » ici, mais une jolie collection de titres frais et agréables, toujours en équilibre entre pop variété et electro pop plus exigeante. Est-ce que ce positionnement un peu dedans, un peu en dehors du coup suffira cette fois à ce que le nom de la jeune femme s’exporte un peu plus ? Parce que, bon, sorti de l’Allemagne où la dame a quand même été jury de l’émission The Voice, le reste du monde peine un peu à le prononcer…Et je me répète, c’est tout à fait injustifié, puisque Alice Merton a vraiment quelque chose de spécial ; quelqu’un qui sait pondre un titre comme « Vertigo » mérite vraiment toute notre considération. Alors oui, « S.I.D.E.S. » comporte quelques creux à mon sens, puisque je suis plus exigeant, probablement, que certains auditeurs, et que donc les titres les plus passe-partout ne me conviennent pas. Mais il y a ici assez de matière pour les éclipser.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Les choix qu’on fait tiennent à pas grand-chose. Tenez, est-ce que si ce disque ne s’était pas appelé « Mint », avec sa pochette aguicheuse, ce joli minois outrageusement photoshopé, je lui aurais donné la moindre chance ? Pas sûr. Bon, bien entendu, si je n’avais pas été si bien accueilli par une…
    Tags: alice, merton, pop, a, plus, no, roots, mint, rock, jeune
  • 10000
    Oh Land, c'est une jolie danoise blonde à l'allure de mannequin. Dans la musique, c'est le genre de "détail" qui peut ancrer dans la tête de l'auditeur quelques doutes, une méfiance à l'égard d'un "produit trop parfait", et ce sans même avoir donné une chance à ce disque de la…
  • 10000
    Comett fait partie de la foultitude d'artistes oeuvrant dans l'ombre de plus grands, pas forcément avec moins de talent mais sûrement avec moins de pouvoir médiatique. Du coup, je n'en avais jamais entendu parler avant qu'ils ne m'envoie la chanson « Love is what you make it » sur groover. Ce premier…
    Tags: plus, pop, the, me, rock, ne, titre, entre, on, jeune
  • 10000
    Fassine est un trio londonien qu’il est difficile de définir, employant des éléments électroniques, voir mainstream au sein d’une pop assez légère mais aux contours flous et aux structures équilibristes. Certains les qualifient d’electro pop. Pas d’accord. D’autres de dream pop. Pas d’accord non plus. Eux se définissent comme « alternative…
    Tags: pop, on, ne, rock, assez, a, y, titres, plus, quelques
  • 10000
    Je me retourne un peu tard sur ce songwriter qu'une bonne partie des français connaît déjà, honte à moi. Comment ça vous ne le connaissez pas ? Ah bon ? Vous avez la télé ? Oui ? Il vous arrive de zapper ? Donc vous n'avez pas pu échapper à la campagne de pub Balsamik,…
    Tags: a, ne, on, qu'on, moderne, plus, vraiment, l'album, paroles, frais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.