AARA : Triade I – eos

Deuxième album pour les suisses d’Aara, qui n’ont pas entendu longtemps avant de se faire repérer et signer par Debemur Morti… Ni pour enchaîner les productions, puisque le combo s’est formé en 2018. Côté style, on se trouve au sein d’un black metal atmosphérique plutôt rétro, doté d’une voix très criarde, à la Cradle Of Filth. Quelques influences death metal dans le riffing plus tranchant se font jour, mais rien qui ne puisse faire confondre ce disque avec une production Tampa. Il s’agit d’un album concept prenant pour sève l’oeuvre de Charles Robert Maturin « Melmoth ou l’homme errant », roman gothique anglais du 19e siècle revisitant le thème faustien. L’histoire d’une famille au passé plus que trouble, que le personnage principal découvre au travers d’une enquête, et le lecteur de quelques flashbacks. Du pain béni (hi hi) pour tout groupe de black bien sûr, qui permet l’installation d’ambiances lugubres à souhaits, de jump scares musicaux à base de blast beats, bref toute la panoplie. Et concrètement, tout ça fonctionne assez bien. Bien sûr, il faut passer par-delà la coloration très début nineties et dark metal… et du chant. C’est là où, pour moi, le bât blesse : j’ai beau adorer le black metal, j’ai toujours eu du mal avec ce type de vocaux, et ça me gâche le plaisir ici. Toutefois, je peux aisément comprendre et encourager ceux qui passeront outre à découvrir cet album certes plutôt classique mais servi par de très bons riffs et de bonnes parties de claviers.

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Le précédent album des hollandais m'avait positivement surpris par son alliance d’orchestrations grandioses (auxquelles j'étais déjà bien habitué) et, enfin, par une volonté enfin couronnée de succès de créer des titres accrocheurs et efficaces. De quoi faire naître l'espoir que les albums suivants jouiraient de qualités grandissantes. Et à l'écoute…
    Tags: bien, album, disque, riffs, c'est, plutôt, plus, d'un, parties, facebook
  • 10000
    Parler de black metal anglais paraissait jusqu'en 1994 assez ridicule. Bon, ok, il y avait eu Venom, mais la genèse (et le fut-elle vraiment ?) du genre était bien lointaine, et depuis la scandinavie avait repris le flambeau, et transformé celui-ci en grand brasier, troquant le satanisme de pacotille contre…
    Tags: filth
  • 10000
    Aussi précis qu'une horloge Suisse, Cradle Of Filth nous livre son nouveau recueil de blasphèmes, avec peu ou prou la même formule ; parties orchestrales grandiloquentes en mid-tempo, explosions de violence et passages très ambiancés avec une option sur les narrations diaboliques et/ou terrifiantes. Globalement, on est jamais déçu par…
    Tags: on, cradle, filth, of, album, ne, plus, groupe, disque, n'ont
  • 10000
    Tout commence par une pièce ample, épique et classieuse, même si un peu trop longue. Et puis arrive le deuxième titre, tout de black sympho vêtu, avec une légère pointe de folk, tout aussi épique, riche en narrations et osant quelques harmonies hors-normes. Et là votre serviteur se dit qu’il…
    Tags: se, plus, black, metal, atmosphérique
  • 10000
    Difficile de qualifier la musique des italiens. Post deathcore ? Black death mélodique ? Bah, peu importe. Ce que vous avez besoin de savoir, c'est que ce deuxième album possède d'énormes qualités. Brutal, mélodique et diversifié, « In the embrace of sorrow, I smile » honore ses auteurs et montre à tout le monde…
    Tags: black, of, i, on, rien, dark, death, certes, groupe, voix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.