MIDDLE KIDS : Today we’re the greatest

En 2019, je tombais par hasard sur « New songs for old problems », un ep que les australiens Middle Kids ont posé là pour faire patienter celles et ceux qui les avaient repéré à la sortie de leur premier album en 2018. En six titres, le groupe avait réussi à me captiver avec son indie pop rock en droite lignée des nineties, et j’avais donc repéré la sortie de ce deuxième opus depuis quelques temps, sûr d’y retrouver les bonnes vibes d’alors. La réponse est… oui et non. Oui, car ce disque est au moins aussi réussi que ce qu’on pouvait attendre d’une formation qui a gagné en maturité et en reconnaissance, aussi bien qu’en confiance en soi et volonté de ne plus se « limiter » à ce qu’elle proposait auparavant. Non, car Middle Kids s’éloigne un peu de ce qui avait fait sa renommée et son succès pour nous revenir plus apaisé et plus philosophe. La naissance d’un enfant au sein du groupe y aura probablement eu un impact certain. Mais n’allez pas croire pour autant que ce « disque de la maturité » se contente de passer une crème apaisante sur le monde ; si l’ambiance générale est plus cool, le rythme est également bien présent (écoutez donc la géniale « R U 4 me »), et l’album bénéficie de par ce partage d’un souffle frais, d’une hétérogénéité qui poussera l’auditeur à y retourner. C’est un « full package », un univers entier dans une boule à neige que nous propose Middle Kids ici, entre moments intimes, envolées rock et hymnes pop. Une évolution logique et rondement menée, qui surprend un peu mais nous apprivoise assez vite. Alors, Middle Kids est-il, comme il l’annonce, la meilleure version de lui-même à ce jour ? On pourrait bien sûr chipoter, arguer que le disque pourrait se montrer plus incisif dans le son, mais honnêtement, il n’en est vraiment pas loin !

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Dans ma recherche effrénée de nouvelles choses à écouter, je tombe parfois sur des ep. Et si je claironne que ce format n’est pas mon préféré, parfois il parvient, et même en un seul titre, à me titiller suffisamment l’oreille pour que je lui accorde une place ici. Pour de…
    Tags: l, d, a, c, me, n, kids, groupe, pop, ne
  • 10000
    Très franchement, je pensais voir Palehound revenir plus tôt, en 2018 même, avec un troisième album en forme de consécration de son écriture indie pop rock sous le bras. Il faut dire que « A place I’ll always go » affichait une petite demi-heure au compteur. Mais non, Ellen Kempner a tout…
    Tags: plus, n, d, a, pop, l, bien, album, indie, indépendante
  • 10000
    Palehound est un trio de Boston mené par Ellen Kempner, qui l’envisageait à ses débuts comme un projet solo. Ce deuxième album sous la configuration actuelle prouve au moins qu’elle y a trouvé à la fois un équilibre et une atèle pour sa créativité. Palehound n’est pas un nom très…
    Tags: a, n, s, l, y, hasard, on, album, se, loin
  • 10000
    Le monde de la culture post covid 19 est-il si moribond que ça ? Financièrement, oui, c’est sûr. Mais créativement parlant, les épreuve, quelles qu’elles soient, ont toujours fait naître les plus belles œuvres. « The seed, the vessel, the roots and all » est là pour le prouver. Les New Pagans sont…
    Tags: the, plus, me, titres, se, new, l'album, ne, rock, album
  • 10000
    Il y a quelques années, j’avais jeté une oreille distraite sur « Floral green », le deuxième album de Title Fight, un groupe emo / punk de Kingston (pas en Jamaïque, en Pennsylvanie). Je n’en garde pas un souvenir impérissable. D’ailleurs, vous n’en trouverez pas trace ici. Glitterer est en fait l’émanation…
    Tags: n, album, titres, a, assez, quelques, l, d, vite, pop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.