THE HORRORS : Skying

horrors skying

J’ai découvert les Horrors avec « Strange House » et son rock garage sale et sauvage. J’ai adoré. Deux ans plus tard, « Primary Colours », se tournant vers des cieux plus cléments, m’a comme beaucoup déstabilisé. C’est le paradoxe du critique ; quelquefois, on reproche aux groupes leur immobilisme, et à d’autres, on reproche leur volonté et leur besoin d’évolution perpétuelle. Car ce « Skying » pousse encore plus loin la chose, s’aventure vers un rock évanescent, loin, très loin de l’ambiance du premier album. Si on avait devant nous une formation à 100% renouvelée, le disque ne sonnerait pas autrement. La new wave et le shoegaze ne sont jamais loin. Malgré la voix grave et les atmosphères cotonneuses, c’est la lumière qui l’emporte ici : ça et là, des cuivres et des basses plus rondes habillent les morceaux, des influences électro ou dub le nourrissent. Peut-être est-ce pour ça que je n’accroche pas ? Je n’arrive pas vraiment à analyser les raisons de mon détachement, mais le terme est en tout cas adéquat ; au bout de quelques titres, et malgré des écoutes répétées, mon esprit se détache complètement de la musique du groupe, pour se fixer n’importe où, sur n’importe quoi. Les titres passent, les minutes s’amoncellent, et je m’ennuie. Rien ne me déplaît, mais rien ne me passionne non plus ; je passe totalement à côté et je m’en fous.

Paroles de l’album

Site officiel

The Horrors : Still life

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *